Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

8 mois de prison avec sursis pour l'homme ayant enterré sa chienne, Athéna, vivante

Publié le 29/06/2016 à 17h52

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "8 mois de prison avec sursis pour l'homme ayant enterré sa chienne, Athéna, vivante "

En août 2015, l'homme avait enterré vivante, sa chienne prénommée Athéna. Elle avait été retrouvée par un promeneur. Le propriétaire a également été condamné à payer 1000 euros à des associations de défense des animaux.

Ce fait divers avait soulevé l'indignation des internautes. Ce mercredi, un jeune homme de 22 ans a été condamné par le tribunal de Versailles à 8 mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir enterré sa chienne vivante. Le tribunal correctionnel l'a également interdit de détenir un chien pendant 5 ans.

La chienne décédée avait été recueillie par une famille d'accueil avant de succomber à un cancer.

Rappel des faits : A Carrières-sur-Seine, le 1er août 2015, un promeneur a distingué une forme étrange sous terre qui s'est avéré être le bout d'une truffe d'une femelle Dogue de Bordeaux. Agée de 10 ans et en état de choc, elle arrivait à peine à respirer.

La pauvre bête était ensevelie sous des pierres et lestée à un sac rempli de gravats. Grâce au signalement du promeneur, les secours ont pu la déterrer et lui administrer tous les soins nécessaires dans la clinique vétérinaire de Levallois-Perret. C'est grâce à la puce d'identification de la chienne que le propriétaire avait pu être retrouvé. Celui-ci avait nié les faits considérant que sa chienne avait fugué).

Face à cet acte effroyable, Chien.fr avait même lancé une pétition pour réclamer une peine exemplaire.

A lire aussi : "10 habitudes avec vos chiens et qu'ils détestent"

La chienne est devenue "un poids" pour le propriétaire...

Lors de son audience le 8 juin dernier, il a assuré ne l'avoir "jamais maltraité" prétextant que son chien avait pris la fugue lors d'une promenade nocturne. La chienne souffrait pourtant d'arthrose, une pathologie qui lui causait un grand handicap.

La présidente de l'audience lui avait alors lancé : "Votre chien, il est dans un tel état que s'enfuir sans que vous le retrouviez, ça pose un peu question et vous n'avez pas remué ciel et terre pour le retrouver !". Cette dernière a donc conclu que la chienne était devenue "un poids" pour le prévenu et "peut-être été dépassé par la possession de ce chien" âgé et boiteux, avait appuyé le procureur, mais s'il voulait s'en débarrasser, "il aurait pu l'amener à une association".

L'homme a également été condamné à payer 150 euros d'amende pour avoir insulté les policiers qui l'ont interpellé.

4571 partages

2 commentaires

  • Kazhig a écrit : 01/07/16

    Honte à la justice.
    Si il s'était agi d'un humain, la peine aurait été bien plus lourde mais voilà, les animaux, la justice s'en fiche totalement.

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 30/06/17

    Désolé d'être grossier mais j'appelle cela du foutage de gueule et lorsque l'on voit aux USA les peines de prison ferme pour ceux qui font souffrir ou maltraite les chiens et en France ou la justice n'a que le nom car c'est toujours du sursis quelque soit l'horreur qui a été commise avec une vague amende et une interdiction qui n'est d'ailleurs pas toujours respectée .

     Répondre  Signaler