Une vétérinaire marche dans la neige pendant des kilomètres pour aider une chatte devant être opérée en urgence

Quand une précieuse vie animale est à sauver et que le temps est compté, tous les moyens sont bons pour lui apporter les soins nécessaires. Ce qu’a fait récemment une vétérinaire de l’Alabama pour une chatte qui était dans un état critique en est l’une des plus belles illustrations.

Illustration : "Une vétérinaire marche dans la neige pendant des kilomètres pour aider une chatte devant être opérée en urgence"

Une vétérinaire a bravé le froid et la neige sur plusieurs kilomètres, se rendant à pied à la clinique pour opérer une chatte mal en point, rapportait WLBT.

Une chatte calico âgée de 5 ans et répondant au nom de Blueberry avait été amenée en urgence par ses propriétaires à la clinique vétérinaire Caldwell Mill à Birmingham, dans l’Etat de l’Alabama (Etats-Unis). La féline ne se sentait pas bien et ses humains n’avaient aucune idée de ce qui pouvait la mettre dans cet état.

Illustration de l'article : Une vétérinaire marche dans la neige pendant des kilomètres pour aider une chatte devant être opérée en urgence
WLBT

La chatte a été hospitalisée durant tout le weekend. Le lundi suivant, malgré tous les examens réalisés, les auxiliaires vétérinaires ne savaient toujours pas ce qui la rendait malade. Alors que la neige tombait abondamment dans la région, l’état de santé de Blueberry s’est encore dégradé le mardi matin. Il fallait agir rapidement pour espérer lui donner une chance de survivre.

Les auxiliaires vétérinaires ont contacté le Dr Nicole Martin. Cette dernière leur a demandé une radio de l’abdomen de la minette. C’est ce qui a permis de constater qu’un corps étranger se trouvait dans son estomac, d’où son malaise.

Illustration de l'article : Une vétérinaire marche dans la neige pendant des kilomètres pour aider une chatte devant être opérée en urgence
WLBT

Blueberry devait être opérée dans les plus brefs délais. Aucun des vétérinaires ne pouvait toutefois se rendre à la clinique, les routes ayant été fermées à cause de la neige. Nicole Martin étant la plus proche, elle a décidé d’y aller à pied. « Il n'y avait pas d'autre choix que de marcher », explique-t-elle à WLBT.

« Il était temps que nous nous réunissions pour lui sauver la vie »

Le parcours qui l’attendait était tout sauf une partie de plaisir. Elle devait traverser 5 kilomètres de neige épaisse, de verglas par endroits et une zone densément boisée. La vétérinaire ne pensait néanmoins qu’à une seule chose : réaliser l’intervention chirurgicale qui sauverait Blueberry.

« Elle est avec nous depuis des jours et nous réalisons à quel point nous l'aimions, dit-elle à ce propos. Une fois que nous avons vu les images radio de ce qui la rendait malade, il était temps que nous nous réunissions pour lui sauver la vie. »

Nicole Martin est arrivée à la clinique à temps et la chatte a ainsi été opérée avec succès. Une fois totalement remise, elle pourra rentrer chez elle et reprendre le cours normal de sa vie.

A lire aussi : Une famille endeuillée accueille provisoirement une chatte, mais comprend vite que l'expérience n'aura pas l'issue prévue

Illustration de l'article : Une vétérinaire marche dans la neige pendant des kilomètres pour aider une chatte devant être opérée en urgence
WLBT

3 commentaires

  • Marie Bonfanti a écrit : 29/01/24

    Merci Madame la vétérinaire ! On aimerait que celles et ceux qui euthanasient à tour de bras en prennent de la graine !

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 30/01/24

    Évidemment je respecte votre commentaire qui doit pour une raison que vous seul(e) connaissez être justifié.
    Je voulais apporter ma vision, celle de mon vécu.
    Voici plusieurs décennies que je vis avec mes compagnons animaux.
    J'affirme que lorsque j'ai dû recourir pour un compagnon à l'anesthésie puis l'injection létale, la mort dans l'âme,il s'agissait exclusivement d'une obligation médicale incontournable.
    Je ne pense pas que la douleur soit rédemptrice.
    Et si j'avais dû rencontrer un véto qui me propose une euthanasie " de confort" je lui aurais interdit et je l'aurais dénoncé au conseil de l'ordre tout en le prévenant de ma démarche.
    En clair, je pense que propriétaire est le vecteur principal d'une telle demande.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 30/01/24

    Bravo à cette vétérinaire elle a un grand coeur! Dire qu'il y en a certains qui prennent PLAISIR à maltraiter et faire mourir des petits animaux de compagnie. Que Dieu m'entendre...

      Répondre   Signaler


  • Image de profil