Un refuge pour chat forme un partenariat avec une maison de retraite pour une collaboration donnant-donnant

Quand des personnes âgées en maison de retraite regrettent de ne plus vivre avec des animaux de compagnie et qu’un refuge débordé ne peut fournir l’affection dont ont besoin ses pensionnaires, la solution est sans doute de réunir les 2 parties.

Illustration : "Un refuge pour chat forme un partenariat avec une maison de retraite pour une collaboration donnant-donnant"

Le refuge pour animaux de compagnies Alberta Animal Rescue Crew Society (AARCS) est complètement submergé par la quantité de chats à sa charge.

En effet, comme partout dans le monde, un nombre d’abandons sans précédent est à déplorer.

« Nous avons une base de plus de 500 foyers d'accueil, tous occupés. Les chiffres n’ont jamais été aussi élevés qu’en ce moment. Cela a été une combinaison de demandes de remise de propriétaires privés, de chats trouvés errants, de portées de bébés… La crise du logement adapté aux animaux de compagnie a également augmenté de manière exponentielle le volume des placements », a expliqué Elizabeth Dill responsable du pôle félin de l’AARSC.

En parallèle, certains résidents de l’EHPAD Shalem Senior Community sont attristés de ne plus vivre avec leurs chats.

« Beaucoup d'entre nous avaient des animaux domestiques à la maison et ont dû les laisser quand ils ont déménagé ici », a déclaré Connie Plenert à CTV News.

Illustration de l'article : Un refuge pour chat forme un partenariat avec une maison de retraite pour une collaboration donnant-donnant
Alberta Animal Rescue Crew Society

De l’amour à revendre

C’est ainsi que l’AARCS et le Shalem Senior Community ont décidé d’unir leurs forces. Un premier chat du refuge, nommé Birthday, a intégré le 31 août dernier une pièce spécialement dédiée à son bien-être au sein de l’établissement de santé.

Après le succès de ce premier placement, un congénère, Geranium, est venu le rejoindre. Anciennement errant, il parfait sa socialisation en compagnie des personnes âgées.

« Pouvoir envoyer nos matous dans un environnement familial où ils sont l’unique animal ou parmi quelques autres bien dans leurs pattes est vraiment bénéfique pour eux. Ils sont ensuite plus facilement adoptables », a confié Elizabeth.

De même, cela libère de la place au sein de la chatterie, ce qui permet à l’organisation de venir en aide à de nouveaux félins dans le besoin.

A lire aussi : Quand un chat s'exprimant à travers des boutons sonores veille à ce que sa maîtresse n'oublie pas ses tâches ménagères (vidéo)

Les résidents peuvent se rendre dans la chambre des boules de poils à leur guise, seuls ou accompagnés de leurs proches.

Moments câlins, jeux et soins rythment alors les journées des personnes amoureuses des animaux en recherche de leur présence et des matous en manque d’affection.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil