Atrophie rétinienne progressive chez le chien (ARP)

Illustration : "Atrophie rétinienne progressive (ARP)"

Certaines affections oculaires chez le chien ne diffèrent pas de celles observées chez l’Homme. Nous pouvons par exemple citer l'ulcère de la cornée et la kératite. Ces troubles sont variés, tant au niveau de leurs causes que de leurs manifestations. Ils peuvent être d'origine congénitale ou acquise et peuvent être bénins ou graves. Parmi les graves maladies qui conduisent à la cécité, il y a l'atrophie rétinienne progressive (ARP).

Voyons, dans ce qui va suivre, les causes, les symptômes et les traitements de ce trouble.

L'atrophie rétinienne progressive, c'est quoi?

L'atrophie rétinienne progressive est une maladie oculaire caractérisée par la dégénérescence progressive des cellules (cônes et bâtonnets) formant la rétine. Ces cellules sont sensibles à la lumière et leur dégénérescence peut faire diminuer la vue, possiblement jusqu'à la cécité. L'ARP existe sous plusieurs formes en fonction de la race du chien et évolue jusqu'à une perte de la vision nocturne puis diurne. Une cataracte peut apparaître : il s’agit d’une opacification partielle ou totale du cristallin, gênant ainsi la vue. Parmi les races les plus prédisposées à cette maladie, nous citons le Caniche, le Golden Retriever, le Labrador-Retriever et le Teckel, ou encore l’Akita Inu, le Bichon frisé, le Rottweiler, le Yorkshire Terrier ou le Pinscher.

Les causes et la transmission de l'ARP                       

L'atrophie rétinienne progressive chez le chien est une maladie purement héréditaire et récessive. Le chien n'est atteint que lorsque ses deux parents sont porteurs du gène de la maladie et les lui transmettent. Nous distinguons les "porteurs sains" (le chien a un gène de la maladie qui ne s'exprime pas et il reste donc indemne) et les "porteurs atteints" (le chien porte les deux gènes de la maladie, l’un hérité de sa mère et l’autre de son père et par conséquent la maladie se manifeste).

Les symptômes de l'ARP

L'ARP se manifeste par une baisse de la vision, se manifestant dans un premier temps dans la pénombre. En effet, comme expliqué ci-dessus, l’ARP atteint notamment les bâtonnets, qui entrent en dégénérescence. Or, ces structures sont des cellules photosensibles servant à capter la lumière et donc à voir lorsque la luminosité est faible. Le chien atteint se cogne parfois aux objets ou aux murs. La vision se dégrade petit à petit et entraîne des difficultés de déplacement. Les pupilles se dilatent et deviennent brillantes avec une couleur verte-orangée. Une cataracte est probable dans certains cas avancés.

Le pire des conséquences de cette maladie est la cécité. Cependant, un chien atteint de l'atrophie rétinienne progressive ne sera pas privé d'une vie heureuse. Il s'habituera progressivement à son handicap et développera davantage ses autres sens pour compenser la perte de sa vue.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic de l'atrophie rétinienne progressive se fait le plus souvent à partir d'un simple test de dépistage. Le vétérinaire instille d’abord un produit dans les yeux du chien afin de dilater ses pupilles, permettant d’élargir la surface de l’œil visible à l’examen oculaire. Il examine ensuite le chien avec un ophtalmoscope.

Actuellement, il n' y a pas de traitement efficace qui permette de remédier à cette atteinte. Cependant, les recherches se tournent actuellement vers une thérapie génique qui pourrait porter ses fruits.

 

Révision vétérinaire

Alexia Loscos

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

Mango, la chienne de race Berger Australien de Pierre D. a été retrouvée inconsciente un matin. Grâce à la réactivité et l'efficacité de la mutuelle pour chien qu'il avait souscrite, l'ensemble des frais de vétérinaire a été pris en charge et Mango a été sauvée !

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !