Pourquoi ne faut-il pas attendre que son animal soit malade pour penser à l’assurer ?

avec

Les frais de santé d'un animal de compagnie s'avèrent généralement élevés, d'où l'importance de souscrire un contrat d'assurance. Mais s'il souffre déjà d'une maladie ou traîne un lourd passé médical, est-il pertinent de l'assurer ?

Illustration : "Pourquoi ne faut-il pas attendre que son animal soit malade pour penser à l’assurer ?"

Une maladie ou un accident est vite arrivé, peut-être en avez-vous déjà fait l'expérience. De tels imprévus engendrent obligatoirement des dépenses vétérinaires, dont les factures peuvent se révéler être particulièrement onéreuses. Régler la note ne s'avère pas toujours facile, et donc offrir les meilleurs soins possibles à son compagnon à 4 pattes n'est pas forcément envisageable.

Pour pallier les difficultés, nombre de propriétaires contractent une assurance santé pour leur petit protégé. Mais faut-il attendre que le mal soit fait pour entamer une telle démarche ?

Le passé médical de l'animal représente-t-il un frein à la souscription ?

Les offres, les tarifs et les conditions varient d'un assureur à l'autre. La plupart d'entre eux refusent de couvrir un animal souffrant. Les soins liés à une maladie déjà déclarée à la date d'adhésion constituent généralement un frein. Certaines compagnies acceptent de les prendre en charge, mais demeurent rares et adaptent le montant des cotisations en conséquence.

En outre, l'assurance peut rembourser les frais générés par d'autres pathologies pouvant se déclarer plus tard, au cours de la vie du chien ou du chat. S'il guérit avant la souscription initiale, ce dernier n'est pas pour autant à l'abri d'autres problèmes de santé.

En ayant recours à ce soutien financier, vous allégerez assurément vos factures vétérinaires, si une nouvelle pathologie se déclare. Les actes médicaux seront partiellement ou totalement remboursés. Ainsi, vous veillerez au bien-être et à la santé de votre boule de poils plus sereinement.

Avant de vous engager, un autre paramètre doit entrer en ligne de compte : la vaccination. Pour pouvoir adhérer à une assurance santé animale, les vaccins de votre ami à fourrure sont souvent censés être à jour. En règle générale, vous devez :

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter
  • vacciner le chien contre : la maladie de Carré, la parvovirose, l'hépatite de Rubarth et la leptospirose ;
  • vacciner votre chat contre : la leucose, le typhus et le coryza.

Dans certains cas, le vaccin contre la rage est demandé, ainsi que la piroplasmose pour votre partenaire canin et la chlamydiose pour votre partenaire félin. Vérifiez les termes du contrat et la liste des exclusions de garanties avant d'apposer votre signature, car les organismes excluent fréquemment le remboursement des maladies pouvant être évitées grâce à la vaccination.

Maladies héréditaires et congénitales : étudier les situations d'exclusion

Certaines races de chiens ou de chats présentent une prédisposition pathologique. La majorité des assureurs ne prennent pas en charge les frais vétérinaires liés à une maladie héréditaire ou congénitale, une malformation et autres problèmes de santé spécifiques à une race, même si certains comme Agria peuvent le faire pour certains cas. Voici une liste d'exemples :

  • les dysplasies (hanche ou coude) ;
  • la luxation des rotules ;
  • l'ectopie testiculaire ;
  • l'atteinte des cartilages de l'épaule ;
  • le syndrome brachycéphale.

À ce titre, il est vivement recommandé de lire attentivement la totalité du contrat d'assurance avant de le signer, et de prendre connaissance de la clause dédiée aux situations d'exclusion.

L'importance d'une consultation chez le vétérinaire

Comme la plupart des organismes refusent les animaux malades, il se peut qu'une visite de contrôle chez le vétérinaire soit réclamée. À la suite de la consultation, le praticien délivrera un certificat ou un bilan de santé qui sera à remettre à l'assureur. Par exemple, Agria demande un certificat vétérinaire « si le chien LOF a une assurance-vie de plus de 2 500 € ; si le chien est importé au cours des 4 derniers mois ».

C'est également l'occasion de vérifier la présence de maladies héréditaires ou congénitales, et de mettre à jour les vaccins de votre compagnon à 4 pattes. Un rendez-vous chez un professionnel de santé permet aussi de respecter le délai de carence en toute sérénité.

Pour rappel, il s'agit de la période pendant laquelle les garanties prévues par le contrat d'assurance ne s'appliquent pas. Aucun remboursement ne s'avère possible. Cet intervalle commence dès la signature du document et peut durer de 24 heures à 6 mois en fonction des assurances.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !
  • Image de profil