La peur des autres chiens

Illustration : "La peur des autres chiens"

En observant les chiens promenés par leurs maîtres dans la rue ou dans des parcs, il n’est pas rare de constater que certains d’entre eux cherchent systématiquement à se cacher dès qu’un congénère s’approche d’un peu trop près. La peur des autres chiens, qui trouve souvent ses origines dans les premières semaines de la vie de l’animal, n’est pas une fatalité.

Certains chiens développent, au fil des mois et des années, une véritable crainte vis-à-vis de leurs congénères. Combien de maîtres s'exclament : "Pourquoi mon chien a-t-il peur des autres chiens ?". Dans la plupart des cas, cela est dû à des traumatismes vécus durant leur jeune âge.

Le chien qui a peur des autres se met alors à fuir. Parfois, il peut même devenir agressif. Les problèmes comportementaux d’un chien craignant ses congénères ne sont pas irréversibles. Ils peuvent être atténués par un travail de longue haleine, visant à lui permettre de reprendre confiance et de comprendre que les autres chiens ne sont pas des menaces.

Une socialisation insuffisante

L’une des principales causes de la peur des autres chiens est un sevrage beaucoup trop précoce. Les premières étapes de socialisation de l’animal se déroulent, en effet, durant les premières semaines qui suivent sa naissance. Cette période est caractérisée par l’omniprésence de la mère et des autres chiots de la portée. Le jeune chien apprend alors les règles de conduite de base en côtoyant ses frères, sœurs et mère. Il comprend ce que cela fait de mordre ou de se faire mordre, acquiert les ABC de la hiérarchie et des interactions sociales en général.

Séparé trop tôt de sa famille, le chiot est privé de tout cet apprentissage et peut ainsi développer divers troubles comportementaux. Ceux-ci deviennent difficiles à corriger lorsque l’animal grandit.

Un traumatisme

Des expériences désagréables ou traumatisantes rendent aussi le chien craintif vis-à-vis de ses congénères, même si elles proviennent d’individus d’autres espèces.

Un chien ayant subi de mauvais traitements de la part d’humains peut très bien se mettre à avoir peur des autres chiens. Une chienne marquée par une tentative de saillie particulièrement traumatisante a également toutes les chances de vouloir fuir ses congénères par la suite.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

La fuite, première parade du chien qui se sent menacé

Le chien qui a peur des autres représentants de son espèce ou de tout autre élément va principalement chercher à fuir ce qu’il perçoit comme une menace. Il tente alors de se réfugier entre les jambes de son maître s’il est dehors ou sous un meuble s’il est à l’intérieur.

S’il se retrouve acculé et n’a plus aucune possibilité de fuir, son seul recours devient l’agressivité. Le chien apeuré, se sentant pris au piège, se voit dans l’obligation d’user de son mordant face à son congénère.

Des accidents sont alors susceptibles de survenir, aussi bien lors de la fuite (être percuté par une voiture, par exemple) que lorsque le chien cherche à se défendre.

A ne surtout pas faire

Certains maîtres dont les chiens sont craintifs ont tendance à les noyer sous les caresses lorsqu’ils sont confrontés à d’autres chiens. Il s’agit d’une erreur, car ce comportement conforte le chien dans sa conviction qu’il était menacé et qu’il avait raison d’avoir peur.

D’autres cherchent à solutionner ce problème en les y confrontant brutalement. Ils les forcent à rencontrer d’autres chiens ou à évoluer dans des endroits où leurs congénères sont présents en masse. Là encore, c’est une attitude contreproductive qui ne fait qu’aggraver le stress et les traumatismes.

Comment l’aider à refaire confiance en ses congénères ?

Il convient, au contraire, d’adopter une attitude neutre : quand un chien s’approche du sien, le mieux à faire et d’agir le plus calmement possible. Les chiens ressentent l’agitation et le stress de leurs maîtres, comme ils en perçoivent la sérénité.

Il s’agira ensuite de désensibiliser l’animal en le confrontant à ses congénères à petites doses. Pour cela, l’idéal serait de s’entendre avec d’autres maîtres qui possèdent, eux, des chiens calmes et tolérants. Dans un premier temps, on laissera son chien observer l’autre de loin, puis on diminuera la distance qui les sépare au fur et à mesure, sur plusieurs séances.

L’étape suivante consistera à associer un sentiment positif à une situation désagréable : jouer avec lui, lui offrir des friandises, dans un endroit fréquenté par d’autres chiens.

Petit à petit, le chien sera habitué à la présence de congénères et en aura beaucoup moins peur d’eux. Le plus important est d’observer attentivement ses réactions à chaque étape pour n’en brûler aucune et le laisser progresser à son rythme.

0 partage

4 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 17/04/20

    Merci beacoup

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 18/06/20

    Bonjour, nous avions deux chiennes, des lévriers espagnols, l'une d'elle est décédée en février dernier
    suite à un cancer. Pour notre deuxième Liria 7 ans , elle a continue de vivre son train train quotidien seule, et ne semblait pas trop abattu par la disparation de Etel qui a joué un peu un rôle de maman, Etel avait 5 ans quand Liria est arrivée à 4 mois. Il y a quelques semaines nous avons adopté un nouveau lévrier Sergio 5 ans en provenance d'un refuge espagnol. C'est un chien très tranquille mais aussi plutôt sur de lui. Si la cohabitation des premiers jours ne se passait pas trop mal, Liria lui a interdit de partager son canapé, mais chacun dormait sur une couche différente. Pour les repas cela allait chacun sa gamelle et ils arrivaient à manger ensemble. Depuis plusieurs jours Liria s'est mise à avoir comme "peur" de Sergio qui est très à l'aise. Elle ne mange plus comme avant, essaye de se cacher, ne le regarde pas, n'est plus aussi joyeuse qu'avant. Je me fais du soucis pour elle et ne sais comment l'aide, avez vous des conseils ? merci

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 23/06/20

    Propriétaire d’un husky
    Mon toutou très sociable a subit qu’elle que mauvaise rencontre ( sans blessure ) souvent des Berger allemand détacher lui sautant dessus
    Aujourd’hui elle a croiser un autre husky
    Au début craintif et après joueuse et redevient craintif
    La elle a rencontrer un autre chien de la même taille et elle a voulu jouer avec
    Je comprend plus trop

     Répondre  Signaler


  • Corinne FERRANT a écrit : 06/08/20

    Bonjour
    Mon petit border de 5 mois, lors de rencontre avec ses congénères, aboit, a le poil irisé et est excité, je le sens stressé. J'ai essayé de le promener avec la longe en lui laissant suffisamment de leste au cas où on croiserait d'autres chiens, me laissant la possibilité de le gérer malgré sa semie liberté.
    Pensez-vous que ce soit une bonne idée ou pensez-vous qu'il vaille mieux le détacher ?

     Répondre  Signaler


Articles en relation