Une étude révèle les éléments déclencheurs des courses frénétiques de votre chien ou chat

Les courses folles qu’effectuent les chiens et les chats à travers la maison aux moments où on s’y attend le moins n’ont rien d’anormal. Des spécialistes le confirment et en citent les déclencheurs les plus courants.

Illustration : "Une étude révèle les éléments déclencheurs des courses frénétiques de votre chien ou chat"

Outre-Atlantique et outre-Manche, on appelle cela les « zoomies » ou encore les FRAP (périodes d’activité aléatoire frénétique). Ce sont ces moments qui peuvent nous paraître surréalistes et pendant lesquels nos animaux de compagnie se mettent à piquer des sprints sans raison apparente.

Des épisodes qui peuvent parfois durer plusieurs minutes et qui sont aussi surprenants qu’amusants à voir. Il s’agit d’un comportement tout à fait naturel et qui n’est la manifestation d’aucun mal-être, assure José Arce, président de l’American Veterinary Medical Association (AVMA), à Live Science. Il explique que ces chiens et chats « s’amusent, tout simplement ».

Ces courses sont déclenchées par une variété d’évènements. José Arce cite notamment l’exemple d’un chien que l’on sort de sa cage ou de son box ; il court dans tous les sens pour extérioriser toute l’énergie qui s’était accumulée durant sa période d’enfermement.

Le retour du maître à la maison après des heures d’absence fait aussi partie des déclencheurs couramment observés, surtout si l’animal sort d’une sieste à ce moment-là. L’excitation et le besoin de se dépenser agissent alors de concert.

Les « zoomies » interviennent également après des moments où les nerfs des animaux sont mis à contribution, comme à la suite d’un bain.

José Arce indique, par ailleurs, que si les chiens affichent ce comportement majoritairement en journée, les chats le font principalement au crépuscule et à l’aube, lorsque leur activité est à son summum.

Les félins peuvent aussi avoir ces épisodes de courses frénétiques après s’être toilettés ou avoir utilisé leur litière.

Le président de l’AVMA relate aussi son expérience personnelle ; ses chats ont des FRAP quand il leur ouvre une boîte de pâtée. Ce qu’ils perçoivent comme un évènement heureux, excitant et inédit, sachant qu’il les nourrit habituellement de croquettes.

A lire aussi : Ils dressent une « liste de choses à faire avant de mourir » pour leur chiot condamné par la maladie

Un comportement normal et naturel

Généralement, ces épisodes sont plus longs chez les chiens que chez les chats. Par ailleurs, ils sont plus prononcés chez les races canines actives, comme le Berger Australien, le Border Collie ou encore le Husky Sibérien.

José Arce rappelle enfin que les FRAP sont tout à fait naturels et ne sont pas la manifestation d’un quelconque comportement obsessionnel compulsif, contrairement à ce que peuvent penser certains maîtres.

Il s’agit simplement d’instants durant lesquels le chien ou le chat évacue son trop-plein d’énergie ou exprime sa joie.

3 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 15/03/21

    Mon chat se met à courir comme un fou à travers tout l'appartement après avoir fait une "crotte". Au début je me suis demandé pourquoi il faisait cela mais j'ai rapidement compris quel était le déclencheur. Donc, à chaque fois qu'il a son quart d'heure de folie, je sais ce qu'il me reste à faire, nettoyer sa litière sauf la nuit car il attend que je sois levée et que je me sois occupée de la litière pour y retourner.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 16/03/21

    mon braque allemand le faisait presque tous les jours..........il courait à fond et "comme un fou" dans le jardin...j'étais morte de rire...

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 16/03/21

    Mon épagneul Tibétain le fait tous les jours, 1 fois par jour, vers 17h,l heure du joujou comme on appelle ça ...il demande à sa soeur de jouer et quand elle est réceptive, il fait ce que l on qualifie de "formule 1"

      Répondre   Signaler


  • Image de profil