Un chien de traîneau disparaît dans la nature pendant 5 jours et ne reconnaît plus sa maîtresse qui a toutefois une brillante idée pour l'attirer

Linda Newman pensait avoir fait le plus dur en localiser son chien Zhing, qu’elle cherchait partout depuis 5 jours. Elle a toutefois déchanté en constatant qu’il ne répondait plus à son nom et refusait de se laisser approcher. Il fallait trouver un moyen de convaincre de venir, sans quoi tous les efforts déployés jusque-là auraient été inutiles.

Illustration : "Un chien de traîneau disparaît dans la nature pendant 5 jours et ne reconnaît plus sa maîtresse qui a toutefois une brillante idée pour l'attirer"

Linda Newman est une passionnée de mushing et est d’ailleurs à la tête d’une petite entreprise proposant des sorties en traîneau. Elle vit et travaille à Hovland, ville du Minnesota située au bord du Lac Supérieur.

A la mi-avril 2024, elle était partie à Ely, à plus de 200 kilomètres de chez elle, en camionnette avec 6 de ses chiens à bord. Peu après l’arrivée du groupe à destination, l’un des quadrupèdes, un Husky Hedlund appelé Zhing, s’est défait de son collier et a pris la fuite en courant.

Illustration de l'article : Un chien de traîneau disparaît dans la nature pendant 5 jours et ne reconnaît plus sa maîtresse qui a toutefois une brillante idée pour l'attirer
Linda Newman / Facebook

Le Husky Hedlund est une variété rare de l’Alaskan Husky, qui est lui-même un croisement de Husky Sibérien.

Linda Newman a essayé de rattraper Zhing, mais il avait déjà disparu dans la nature. « J’étais horrifiée, absolument horrifiée », confie-t-elle à Northern News Now. Comment allait-elle pouvoir retrouver son chien dans un endroit aussi densément boisé et si loin de la maison ?

La communauté locale se mobilise

Elle l’a cherché partout au volant de sa camionnette. Sans résultat. Elle s’est ensuite rendue en ville pour faire imprimer des affiches qu’elle a placardées à divers endroits. Un avis de recherche posté sur un groupe Facebook dédié à la communauté locale a rapidement généré une forte mobilisation. « Près de 2 000 réactions et des centaines de partages, ce qui a été très utile car tant de personnes étaient au courant », explique Linda Newman.

Holly Waugh figure parmi les nombreux habitants d’Ely à avoir proposé leur aide. Elle a mis ses caméras à la disposition de la maîtresse de Zhing. « C'est une chose humaine à faire, simplement pour aider les gens lorsqu'ils en ont besoin », indique-t-elle.

Jennifer Cadigan, de l’organisation Retrievers spécialisée dans la recherche d’animaux de compagnie disparus, a également pris part à cette quête. « Les chiens ont très vite peur et se mettent en mode survie, assure cette sauveteuse expérimentée. Ils se sentent donc comme des proies et pensent que tout le monde les chasse. »

5 jours plus tard, alors que Linda Newman commençait à désespérer et s’apprêtait à rentrer à Hovland, elle a repris espoir grâce à une habitante du nom de Denis Balbach. Cette dernière l’a appelée pour lui dire que Zhing se trouvait au bout de son allée et qu’il fallait qu’elle vienne le plus vite possible.

La cheffe de la meute appelée à la rescousse

Denis Balbach, qui avait vu la publication Facebook au sujet du chien, le cherchait depuis un certain temps et essayait de l’attirer avec une boîte de ragoût de bœuf.

Linda Newman est arrivée, mais Zhing semblait ne plus la reconnaître. Elle a compris que ces 5 jours d’errance et de survie en pleine nature sauvage avaient bousculé tous ses repères et a tout de suite eu une idée. « Je pensais que nous aurions plus de chances de l'avoir si nous pouvions [amener Siri] et diffuser son odeur », raconte-t-elle. Siri la chienne est l’un des 6 canidés emmenés par la musheuse à Ely et est même la cheffe de la meute.

L’approche de Linda Newman s’est avérée payante. Zhing est venu vers sa congénère et sa maîtresse a enfin pu le mettre en sécurité.

A lire aussi : L’immense joie d’une chienne de refuge en voyant sa nouvelle propriétaire signer ses papiers d’adoption (vidéo)

Le Husky Hedlund est rentré à la maison sain et sauf avec sa propriétaire et le reste de l’équipage canin.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 14/05/24

    Vraiment ce sont des chiens à la limite du loup, car revenir à l'état quasi sauvage , quasi désosiabilisé, en cinq jours est faramineux.

      Répondre   Signaler


  • Image de profil