Les gendarmes interviennent et sauvent plus de 70 chiens d’un logement insalubre, leurs propriétaires évoquent « un oubli »

Publié le 11/09/2020 à 13h36

Ecrit par Norman Bougé dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "Les gendarmes interviennent et sauvent plus de 70 chiens d’un logement insalubre, leurs propriétaires évoquent « un oubli »"
Photo d'illustration

Un couple habitant Demange-aux-Eaux, dans la Meuse, était jugé pour des faits de sévices graves ou actes de cruauté envers un animal. En mars dernier, les gendarmes avaient découvert et saisi des dizaines de chiens, ainsi que d’autres animaux qui vivaient dans un logement étroit.

C’est donc le 28 mars 2020 que les gendarmes étaient intervenus au domicile d’un couple de quinquagénaires meusiens pour leur retirer près de 80 animaux : 48 chiens, 25 chiots, des chats, des poules et des coqs. Il y avait même un chien mort sur un lit. Tous vivaient dans 60 m2 et au milieu de leurs déjections, rapportent 20 Minutes et L’Est Républicain.

La perquisition effectuée par les militaires faisait suite à de multiples signalements adressés au procureur de la République.

Un peu plus de 5 mois plus tard, les 2 prévenus ont comparu devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, étant poursuivis pour « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal ». Le mari a reconnu que lui et sa femme étaient dépassés par la situation, mais a invoqué leur amour pour les animaux pour se défendre, indiquant qu’ils ne leur voulaient « pas de mal ».

Le prévenu a également tenté de se justifier en affirmant qu’il n’avait « pas passé d’annonces » pour donner les animaux. « C’est pour ça qu’il y en avait autant », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le procureur de la République de Bar-le-Duc a rappelé qu’une « suroccupation vaut pour sévices graves » et qu’il « y a eu une souffrance animale énorme », tout en concédant qu’il n’y avait probablement pas « eu intention des prévenus au départ ». Il a requis 6 mois de prison avec sursis, une interdiction à vie de détenir des animaux et une amende.

Le juge a suivi ce réquisitoire, y adjoignant l’obligation pour le couple de rembourser les frais engagés par le Refuge de Cathy, situé à Fains-les-Sources et qui avait recueilli les animaux.

A propos de l'auteur :

0 partage

Faites comme Delphine R. de Montpellier, optez pour LE contrat d'assurance adapté à vos besoins. Son Berger Allemand Boss, a été victime d'un accident et son assurance a pris en charge l'intégralité des soins vétérinaires ! N'attendez pas qu'il soit trop tard, faites votre devis personnalisé en ligne, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre chien, faites comme Delphine, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 11/09/20

    et l'amende, elle s'élève à combien ??????????????????? j'espère que les 48 toutous étaient tous de petite taille...car 70 animaux dans 60 m², bonjour les dégâts, l'odeur....j'espère que tous ces petits miraculés vont trouver très vite une famille.

     Répondre  Signaler


Articles en relation