Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

L’enjeu est de taille autour de la centrale de Tchernobyl, où de nombreux chiens errants ne cessent de se reproduire depuis la catastrophe de 1986. Des associations et organismes tentent de les rapatrier, notamment aux États-Unis.

Illustration : "Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis"

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl a fait de nombreux dégâts en 1986. Des dégâts matériels, humains, et a touché également tous les animaux de nombreux pays. La ville a rapidement été désertée par ses habitants, qui ont malheureusement dû laisser leurs objets les plus chers, y compris leurs chiens.

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

Ces derniers ont profité de ces dernières décennies pour se reproduire entre eux, pour s’accoupler avec des loups. Certains ont attrapé la rage, même. Quoi qu’il en soit, l’agence d’Etat ukrainienne fait tout pour organiser les secours sur place, et ainsi mettre en place un plan de rapatriement. Objectif : les envoyer aux États-Unis, dans des familles qui ne demandent qu’à les accueillir.

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

D’ailleurs, 12 canidés ont récemment été sauvés de cette zone d’exclusion. Ils passent actuellement des tests médicaux pour détecter d’éventuelles maladies. Le Clean Future Fund est un organisme qui aide à stériliser ces chiens, à les vacciner à les soigner.

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

300 000 chats et chiens errants à Kiev

Son co-fondateur, Lucas Hixson, s’explique à Animal Channel : « Nous sommes ici depuis 3 semaines et demi, et nous avons déjà stérilisé et vacciné plus de 300 chiens. Nous faisons aussi les chats. De notre point de vue, c’est un problème de sécurité pour les travailleurs, mais aussi un problème pour le tourisme. Ce dernier se développe de plus en plus dans la zone. Les animaux sont exposés à des maladies comme la rage et nous ne voulons prendre aucun risque si ces animaux interagissent avec des humains. »

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

Sur son site internet, la CFF poursuit : « La surpopulation de chiens en Europe est un problème connu. Il y a environ 300 000 chats et chiens errants dans la seule capitale Kiev. Mais les chiens de Tchernobyl sont différents. Ces chiens sont les descendants d’animaux domestiques laissés à la traîne lors de l’évacuation précipitée. Ils ont été chassés des zones reculées par des meutes de loups. CFF estime que plus de 250 chiens vivent autour de la centrale de Tchernobyl. »

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

A lire aussi : La réaction touchante d'un chien qui reconnaît un être cher venu à sa rencontre à l'aéroport (vidéo)

Aujourd’hui, ils sont tellement nombreux qu’une entreprise a embauché une personne pour tuer ces chiens. Cette personne a refusé, pour l’heure, de commencer ce travail. En attendant, CFF fait tout son possible pour sauver ces centaines de canidés.

Illustration de l'article : Les chiens radioactifs de Tchernobyl vers l’adoption aux États-Unis

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil