Le Parlement sud-coréen vote une loi historique contre le commerce de la viande de chien

C’est un pas de géant qui vient d’être fait en faveur de la cause animale en Corée du Sud. Au Pays du Matin calme, l’Assemblée nationale a, en effet, adopté à l’unanimité un texte de loi interdisant le commerce de viande canine.

Illustration : "Le Parlement sud-coréen vote une loi historique contre le commerce de la viande de chien"

L’ancien président sud-coréen Moon Jae-in en avait fait la promesse en septembre 2021. Son successeur Yoon Suk Yeol, avait réitéré son attachement à l’atteinte cet objectif, tout comme son ministre de l’Agriculture Chung Hwang-keun en mai 2022. Depuis des années, la lutte contre le marché de la viande de chien mobilise de plus en plus de monde dans le pays, aussi bien dans les hautes sphères de l’Etat que parmi les associations et le public.

Il existe désormais une loi contre cette pratique et elle vient d’être votée par le Parlement sud-coréen, rapporte BFMTV ce mardi 9 janvier. Le texte a été voté à l’unanimité par les élus : 208 voix pour et aucune contre.

En vertu de cette nouvelle loi, toute personne impliquée dans l’élevage, la vente et l’abattage de chiens pour leur viande encourra une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison et 30 millions de wons d’amende (près de 21 000 euros). Le texte prévoit néanmoins une période de grâce de 3 ans. Les sanctions citées plus haut ne pourront donc commencer à être appliquées qu’une fois cette phase initiale terminée.

Une nouvelle ère

Avec une telle mesure, la Corée du Sud s’apprête donc à tourner un chapitre de son histoire. La consommation de viande canine est encore pratiquée de manière traditionnelle dans certaines régions, mais elle tend à se marginaliser au sein d’une grande partie de la population, notamment les jeunes.

BFMTV rappelle que l’on recense actuellement 1100 élevages de chiens destinés à leur abattage dans le pays.

Illustration de l'article : Le Parlement sud-coréen vote une loi historique contre le commerce de la viande de chien
Humane Society International / Facebook

A lire aussi : Abandonnée puis adoptée, Dory la chienne trouve enfin une famille aimante (vidéo)

La lutte d’organisations telles que HSI (Humane Society International) n’est donc pas près de s’arrêter tant que ces fermes n’auront pas toutes mis un terme à leur activité. « Aujourd'hui, nos législateurs ont agi de manière décisive pour faire de [cette interdiction] une réalité », a d’ailleurs réagi JungAh Chae, directrice de ladite association, après l’annonce de l’adoption de la loi en question.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 09/01/24

    C est une tradition extrêmement Cruelle et Barbare
    d'un autre siècle !!!!!!.....
    Dommage qu 'il faille encore attendre plusieurs années avant que tous ces élevages immondes et insupportables disparaissent !!!!!!!!.... ..
    Pauvres Toutous encore condamnés à mourir dans
    d'atroces souffrances !!!!!!
    Ça donne envie de vomir !!!!!!!!!..........

      Répondre   Signaler


  • Image de profil