La coprophagie a-t-elle joué un rôle dans l’évolution de la domestication des chiens par l’Homme ?

Publié le 17/10/2020 à 13h36

Ecrit par Alexandre Dieu dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "La coprophagie a-t-elle joué un rôle dans l’évolution de la domestication des chiens par l’Homme ?"
Photo d'illustration

Plus d’un propriétaire canin a été confronté à ce comportement consistant, chez son chien, à manger ses excréments. Cela s’appelle la coprophagie. Nos amis à 4 pattes ont une attirance naturelle pour les déjections, aussi bien les siennes que celle des autres. Une pratique qui aurait joué un rôle dans leur domestication, si l’on en croit quelques études.

A l’exception de quelques rares cas de figures, comme la chienne qui nettoie ses chiots nouveau-nés, la coprophagie est une mauvaise habitude à plus d’un titre. Elle peut sous-entendre un malaise psychologique ou un problème de santé. Qu’en est-il en ce qui concerne l’intérêt des chiens pour les selles humaines ?

Des spécialistes se sont penchés sur la question, comme le rappelle Futura Planète. A l’instar des auteurs d’une étude de 2010 qui avaient découvert que le régime alimentaire du chien domestique est constitué à 20,7 % d’excréments humains, tandis que le loup d'Abyssinie (Canis simensis) ne mange que des petits rongeurs.

Une autre étude, publiée 8 ans plus tard et pour laquelle les chercheurs ont analysé les déjections de chiens errants, a révélé que les excréments humains sont présents dans leur régime alimentaire à hauteur de 21%, ce qui rejoint les travaux cités plus haut. Les auteurs explique que leur valeur nutritionnelle surpasse « celle de la bouillie de maïs, l’aliment de base de l’homme, fournissant 18,7% de protéines brutes et 18,7 KJoules/kg d’énergie brute, contre 8,3% et 18,5, KJoules/kg pour la bouillie ». Ce qui en fait « une ressource précieuse » pour les chiens.

Ray et Lorna Coppinger, auteurs du livre « A New Understanding of Canine Origin, Behavior, and Evolution », vont plus loin. Pour ces spécialistes du comportement canin, les déchets humains, y compris leurs excréments, auraient été déterminants dans le processus de domestication du chien.

A lire aussi : Né sans pattes avant, ce chiot ne quitte plus l'épaule de son sauveur pour remporter son combat contre la vie

D’après leur thèse, les chiens se seraient séparés du loup et auraient commencé à évoluer vers la domestication lorsqu’ils ont suivi les premiers groupes d’hommes sédentarisés, et auprès desquels des décharges commençaient à se constituer. Ces dernières offraient de la nourriture facilement disponible aux chiens.

A propos de l'auteur :

0 partage

Faites comme Delphine R. de Montpellier, optez pour LE contrat d'assurance adapté à vos besoins. Son Berger Allemand Boss, a été victime d'un accident et son assurance a pris en charge l'intégralité des soins vétérinaires ! N'attendez pas qu'il soit trop tard, faites votre devis personnalisé en ligne, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre chien, faites comme Delphine, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

Articles en relation