Qu'est-ce que le CSO ou saut d'obstacles ?

Illustration : "Qu'est-ce que le CSO ou saut d'obstacles ?"

Discipline phare de ce beau sport qu’est l’équitation, le CSO (Saut d’Obstacles) séduit toujours autant de cavaliers à travers le monde. Facile à comprendre et agréable à regarder, le CSO plaît finalement autant aux connaisseurs qu’aux néophytes. Qu’est-ce que le CSO ? Peut-on participer à des compétitions ? Quels chevaux sont faits pour cette discipline ? Découvrez avec Woopets cette discipline équestre qui fait tant d’émules.

Le CSO, qu’est-ce que c’est ?

Si l’équitation comporte de nombreuses disciplines, c’est le CSO qui remporte la palme d’or du plus grand nombre de pratiquants en France. Plus de 80% des concours organisés sur le territoire national sont des compétitions de CSO.

Pour pratiquer cette discipline, vous devez être capable de franchir un parcours d’obstacles dans un temps imparti sans faire de refus et sans qu’une seule barre ne tombe. Cette discipline permet au cavalier de démontrer l’adresse, la rapidité, la franchise et la puissance dont sait faire preuve sa monture. Facile à comprendre pour tout un chacun, un parcours d’obstacles est également beau à voir.

Le CSO est une discipline complexe qui demande de nombreuses facultés au cavalier et au cheval. Le cavalier doit savoir jauger les distances entre les barres et la qualité du parcours pour prendre la meilleure trajectoire possible. Il doit être capable de faire varier l’impulsion, la vitesse et l’amplitude de son cheval à sa convenance. Le cavalier et son cheval doivent être à l’unisson pour réussir un beau parcours de CSO.

Les différents obstacles

Pendant un parcours de CSO, le cavalier et son cheval ont différents obstacles à sauter aux formes et aux couleurs variées.

Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • Le vertical : il s’agit d’un obstacle droit composé de barres, d’un mur ou d’une haie.
  • L’oxer : il est composé de deux obstacles verticaux très peu éloignés l’un de l’autre de sorte que le cheval soit obligé de sauter les deux barres en même temps. La deuxième barre est généralement plus haute que la précédente.
  • La rivière : elle simule un passage d’eau pour le cheval qui la saute. Il est également possible de placer un bidet sous un vertical ou sous un oxer.
  • Les combinaisons et les lignes : une combinaison est composée de plusieurs obstacles séparés les uns des autres d’une à deux foulées tandis que les obstacles qui constituent une ligne sont séparés les uns des autres d’au moins 3 foulées.

Ces obstacles constituent un parcours qui suit un ordre précis. Chaque obstacle a alors un numéro qui indique au cavalier à quel moment il doit le sauter. C’est le chef de piste qui est chargé de donner un ordre à chacun des obstacles et de tracer un parcours cohérent.

Les compétitions de CSO

La réglementation du CSO

Chaque année, une nouvelle mise à jour du règlement de cette discipline est publiée par la Fédération Equestre Internationale.

Lors d’une compétition de CSO, les cavaliers doivent respecter un temps imparti et ne pas faire de faute.

Si le cavalier dépasse le temps maximum qui lui a été accordé pour terminer son parcours, il est pénalisé de 1 point par seconde supplémentaire. S’il fait tomber des barres, il écope de 4 points de pénalités à chaque fois qu’une ou plusieurs barres sont tombées sur chaque obstacle.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Le cavalier peut également perdre 4 points si le cheval fait un refus (il s’arrête devant l’obstacle et refuse de sauter) ou s’il dérobe (le cheval passe à côté de l’obstacle sans sauter). Au bout du 3e refus, le cavalier est éliminé. L’élimination est également prononcée si le cavalier et/ou son cheval chute.

Pour juger d’une épreuve de CSO, il existe plusieurs barèmes. Le plus utilisé est le barème A. Dans ce cas, une épreuve peut être organisée avec ou sans barrage. Lorsqu’il n’y a pas de barrage, c’est le cavalier qui aura accumulé le moins de pénalités sur les obstacles et qui aura été le plus rapide qui gagnera l’épreuve.

Lorsqu’il y a un barrage, l’épreuve se déroule sur deux tours. Tous les cavaliers qui sont sans fautes et qui ont respecté le temps imparti peuvent passer au second tour. Le gagnant sera celui qui aura terminé son parcours le plus rapidement possible, avec le moins de pénalités sur les obstacles.

Le barème C est parfois utilisé lui aussi. Dans ce cas, tous les points récoltés pour des chutes de barres se transforment en secondes supplémentaires (8 secondes par barre tombée). Dans la mesure où les refus font déjà perdre du temps au cavalier, ils ne sont pas davantage comptabilisés.

En suivant l’un de ces deux barèmes, de nombreux types d’épreuves peuvent être organisées telles que des épreuves de vitesse, des épreuves de puissance ou encore des épreuves en relais.

Les différents types de compétition

Lorsqu’une compétition de CSO est organisée, elle a toujours lieu sur une piste, c’est-à-dire un espace clos en sable ou en herbe. La piste peut se situer en extérieur comme en intérieur.

De nombreuses compétitions de niveau club et amateur sont organisées par des centres équestres un peu partout en France. On retrouve ainsi des compétitions de CSO (Concours de Saut d’obstacles) qui ont lieu sur le territoire national, mais également, à plus haut niveau, des compétitions internationales comme le CSI (Concours de Saut International) et le CSIO (Concours de Saut International Officiel). Ces deux derniers types de compétitions possèdent de 1 à 5 étoiles, les compétitions 1* étant celles qui regroupent les cavaliers d’excellence.

D’autres compétitions telles que la Coupe des Nations, les Championnats du monde ou encore les Jeux Olympiques ponctuent également la scène équestre.

A lire aussi : Mettre en place un programme de travail pour son cheval

Quel cheval pour la pratique du CSO ?

Pour pratiquer cette belle discipline qu’est le CSO, il faut avoir des chevaux puissants qui sont capables d’être à la fois rapides et agiles. Le Selle-Français, mais également le KWPN, le Trakehner, le BWP et le Holsteiner sont parfaitement constitués pour prendre part à ce type de compétition.

Quant aux poneys, ils ne sont pas en reste. Bon nombre d’entre eux participent également aux compétitions de CSO et en particulier les poneys de sport tels que le New-Forest, le Welsh et le Connemara.

Si vous cherchez le cheval idéal pour participer vous aussi à des compétitions de CSO, prenez votre temps pour procéder à des essais. N’oubliez pas que l’achat d’un équidé est l’aventure d’une vie !

A propos de l'auteur :

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !

Articles en relation