Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Une personne verbalisée pour avoir promené son chat en laisse sans attestation de déplacement

Publié le 07/04/2020 à 15h44

Ecrit par Alexandre Dieu dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "Une personne verbalisée pour avoir promené son chat en laisse sans attestation de déplacement"
Photo d'illustration

Dans le Gard, une unité de la gendarmerie a sanctionné un homme qui était en train de promener son chat sans être muni de l’attestation dérogatoire de déplacement. Ce document est obligatoire pour sortir son animal de compagnie en cette période de confinement.

Les mesures de confinement destinées à freiner la propagation du coronavirus, responsable de la maladie Covid-19, ont débuté le 17 mars dernier en France. Le 27 mars, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu’elles ont été prolongées jusqu’au 15 avril. Les sorties pour les besoins des animaux de compagnie restent néanmoins autorisées, mais sous conditions : pas plus d’une heure par jour, en respectant une distance maximale d’un km du domicile, en étant seul à accompagner l’animal et en étant muni de l’attestation de déplacement dérogatoire dument remplie.

Toute infraction à ces dispositions est sanctionnée par une amende. Un Gardois qui baladait son chat il y a quelques jours n’y a pas échappé, comme le rapporte 20 Minutes.

L’homme en question promenait son chat en laisse dans la commune du Grau-du-Roi (30). Il a été repéré par la brigade nautique de la gendarmerie du Gard grâce à un drone qu’ils avaient déployé pour contrôler le respect des règles de confinement.

A lire aussi : "Choisir une laisse pour son chat"

D’après les militaires, le félin ne semblait pas habitué à la tenue en laisse. Mais ce qui les a amenés à verbaliser son maître, c’est surtout le fait qu’il ne disposait pas de l’attestation de déplacement dérogatoire. Une omission qui lui a valu une amende de 135 euros.

Pour rappel, en cas de récidive sous 15 jours, le montant de la contravention passe à 200 euros (majorée à 450 euros), conformément au décret n° 2020-357 du 28 mars 2020.

A propos de l'auteur :

0 partage

"Après l'accident de ma petite Onalda, ma magnifique Bleu Russe, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chat. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chatte. " (Emma, 21 ans, Toulouse)

Si vous aimez votre chat, faites comme Emma, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !

Articles en relation