Un couple lance un appel à l'aide pour sauver son refuge et les 46 chats malades qu'il abrite

Publié le 19/11/2020 à 11h11

Ecrit par Anthony Pruvost dans la catégorie Emotion

Illustration : "Un couple lance un appel à l'aide pour sauver son refuge et les 46 chats malades qu'il abrite" © le pot commun

Stéphanie et Isabelle lancent un SOS : le refuge qu’elles gèrent depuis le décès de sa fondatrice ne dispose plus de fonds suffisants pour prendre soin de la quarantaine de chats qui y vivent. Le Logis de Boncé, qui héberge des félins dont personne ne veut, a plus que jamais besoin de dons.

Fondé en 1988 par une retraitée parisienne, Le Logis de Boncé accueillait jusqu’à 300 chats, dont la plupart étaient difficilement adoptables pour diverses raisons, notamment leur état de santé. Aujourd’hui, ce refuge situé à Boncé, à une dizaine de kilomètres au sud de Chartres (Eure-et-Loir), est menacé dans son existence-même, faute de financement, comme le rapporte ActuChartres.

Après la disparition de la créatrice de l’établissement, Stéphanie Brunet et sa compagne Isabelle avait repris le flambeau. Cette dernière était même salariée de l’association, mais le manque de fonds a précipité son licenciement cet été. Le couple, aidé par une 3e personne, s’occupe donc des 46 chats hébergés au Logis de Boncé de manière totalement bénévole, en se relayant 7 jours sur 7.

Un travail de plus en plus difficile à assurer au quotidien. Les ressources se tarissent et que les dépenses, estimées à 22 000 euros par an, ne peuvent plus être couvertes. C’est pourquoi le couple a lancé une cagnotte solidaire en ligne sur la plateforme Le Pot commun.

A lire aussi : Après une opération chirurgicale, ce chaton errant à 3 pattes découvre l'amour. Sa nouvelle maîtresse veille à son rétablissement 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24

Par ailleurs, Stéphanie et Isabelle devront radier l’association et en créer une autre à la place, sans pour autant bouleverser l’environnement et les habitudes des chats dont elles prennent soin. Malgré le peu de moyens dont elles disposent, les bénévoles s’efforcent de garantir aux félins des conditions de vie décentes et confortables : « ils ont des canapés, des étagères, un jardin clos, et vivent avec beaucoup d’hygiène », précise Stéphanie.

« On est en détresse, on a besoin de fonds d’urgence », confie-t-elle également à ActuChartres.

A propos de l'auteur :

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Neri dès sa naissance. En effet, le Maine Coon est une race de chat avec certaines prédispositions à développer quelques maladies et je préfère me prémunir d'un éventuel accident ou d'une maladie comme la dysplasie des hanches " (Pedro, VRP à Gap)

Si vous aimez votre chat, faites comme Pedro, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !

Articles en relation