Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Les principaux soins d'urgence en cas d'accident d'un chien

Illustration : "Les principaux soins d'urgence en cas d'accident d'un chien"

En cas d’accident, il est indispensable d’amener votre chien chez un vétérinaire le plus rapidement possible, même s’il semble aller bien en apparence. Dans certaines situations, vous serez peut-être amenés à pratiquer les gestes d’urgence sur votre chien avant de pouvoir l’emmener chez un vétérinaire.

En tant que propriétaire de chiens, vous devez connaître ces gestes de premiers secours pouvant sauver la vie de votre compagnon. Face à l’urgence, vos gestes doivent être précis et automatiques. Pour ne pas céder à la panique le jour où une telle situation se présenterait, entraînez-vous !

Formations aux gestes de premiers secours

Afin de vous entraîner ou de vous perfectionner, des formations spécialisées existent dans ce domaine. Depuis quelques années en France, des sessions de formation aux gestes de premiers secours sont disponibles. Vous apprendrez les bases théoriques, mais surtout à mettre en pratique ce que vous aurez appris grâce à des simulations de cas pratiques sur des mannequins très réalistes.

La réanimation cardio-vasculaire

Si votre chien ne bouge plus ou ne répond pas à vos appels, placez-le sur le côté droit. Appelez immédiatement votre vétérinaire ou une personne pouvant vous conduire de toute urgence chez le vétérinaire. Ne prenez jamais la voiture seul avec votre chien malade. En effet, sur la route vers les secours, vous serez appelés à utiliser la réanimation cardio-vasculaire. Ceci, afin que le sang ne cesse pas d’irriguer le cerveau et les organes vitaux de votre animal.

Les étapes à suivre pour réanimer votre chien :

  1. Dégager les voies respiratoires de votre animal : ouvrez sa gueule, tirez sa langue et enlevez tout ce qui peut obstruer sa respiration (glaire, objet). Ensuite, assurez-vous que son cou et sa tête soient droits et forment une colonne d’air dégagée.
  2. Avant de commencer toute respiration artificielle, assurez-vous que votre animal ne respire plus. Pour cela, fermez sa gueule en positionnant vos mains autour, puis placez votre joue près de son museau. Vous pouvez aussi utiliser la technique du miroir, placez un miroir ou une surface avec une vitre (téléphone portable…) devant le nez de votre animal, si vous observez de la buée, c’est que votre animal ventile naturellement. Si ce n’est pas le cas, ou que vous ne sentez aucun souffle d’air sur votre joue, vous pouvez procéder au bouche-à-bouche.

    Gardez toujours vos mains autour de son museau fermé et soufflez 5 fois dans ses narines. Normalement, son abdomen se gonfle lorsque vous soufflez. Attendez qu’il se désenfle pour renouveler l'opération. Pour les petits chiens, la respiration artificielle s’effectue par la bouche et la truffe en même temps.
  3. Vérifiez les battements de son cœur. Prenez le pouls de votre chien à l’intérieur de sa cuisse (il s’agit de sentir le pouls fémoral). Si vous êtes certain que le cœur de votre chien ne bat plus, vous pouvez commencer le massage cardiaque. Pour ce faire, repérez l’endroit où le coude (articulation de la patte avant) de votre chien touche son poitrail et utilisez cet emplacement comme repère pour effectuer le massage. Pour un grand chien, placez vos deux mains l’une sur l’autre. Pour les chiens de taille moyenne, n’utilisez que le bas de la paume de votre main. Pour les chiots ou les petits chiens, servez-vous uniquement de votre pouce. Après trente compressions rapides et régulières, soufflez deux fois dans les narines de votre chien. Vérifiez toutes les deux minutes la respiration de votre animal. Enchaînez le massage et la respiration pendant 20 minutes.

Comment trouver le pouls de son chien ?

Pour trouver le pouls de votre chien, il suffit de trouver une artère. La plus facile à sentir est l’artère fémorale à l’intérieur de la cuisse. Le pouls peut être pris en position debout ou couchée (plus facile pour commencer). Appliquez deux doigts au niveau de l’aine (jonction de la cuisse et de l’abdomen), puis déplacez-les en longeant l’intérieur de la cuisse sans chercher à appliquer de pression. Vous allez sentir une zone un peu plus souple c’est à cet endroit qu’affleure l’artère fémorale. A partir de ce moment, comptez le nombre de « choc » pendant 15 secondes ; multipliez par 4 et vous obtiendrez ainsi le rythme cardiaque de votre chien par minute (rythme normal de 70 à 180 battements par minutes en fonction de la race).

Hémorragies et fractures

Votre chien n’est pas à l’abri de se fracturer un os ou de connaître une perte importante de sang. En cas de fracture, n’immobilisez pas la zone concernée, surtout s’il s’agit d’une patte. Laissez votre chien la positionner comme bon lui semble. C'est-à-dire dans la position où il souffre le moins.

Une hémorragie, importante ou non, doit être stoppée. Pour cela, comprimez la plaie avec des compresses stériles puis un bandage et rendez-vous en urgence chez un vétérinaire. Privilégiez celui le plus proche de votre domicile.

Le saviez-vous ? Le don du sang existe aussi chez les chiens, renseignez-vous auprès de votre vétérinaire pour connaître les conditions de don.

Accident de la route

Si à la suite d’un accident votre chien est inconscient, placez-le doucement sur le flanc droit. Maintenez sa colonne vertébrale bien droite pour éviter d’aggraver une éventuelle fracture. Si vous remarquez une blessure ouverte, enveloppez-la dans un linge propre. Appelez le vétérinaire dès que possible. Vérifiez que les voies respiratoires de votre chien ne sont pas encombrées. Sinon, tirez légèrement sur sa langue. En attendant l’arrivée de votre vétérinaire, gardez votre animal au calme et limitez au maximum ses mouvements.

La douleur ou la perte de sang peuvent entrainer un état de choc chez votre chien, ses réflexes et réactions peuvent être altérés, soyez vigilant.

Intoxication

En cas d’intoxication, le premier réflexe à avoir est d’appeler un vétérinaire. Vous ne devez absolument pas faire vomir votre chien vous-même. En effet, si le produit ingéré est irritant, il brûlera le tube digestif à l’absorption et à la régurgitation. Si vous connaissez l’origine de l’intoxication, prenez un échantillon du poison ou son emballage et apportez-le chez le vétérinaire. C’est le vétérinaire qui se chargera de contacter l’un des centres antipoison vétérinaires, qui sera le plus à même de conseiller les traitements à mettre en place pour le chien.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

La respiration

En cas d’accident, la respiration de votre animal peut être altérée, c’est-à-dire plus de 40 respirations par minute. Rassurez votre chien en lui montrant que vous êtes serein, parce que votre animal a besoin de vous pour appréhender la situation. En revanche, si vous comptez moins de 15 respirations par minute, cela signifie que votre chien a de graves difficultés pour respirer. Dans ce cas, votre animal doit être pris en charge immédiatement par un professionnel. L’état de choc peut se manifester de manières différentes en fonction des chiens, emmenez votre animal chez un vétérinaire.

Étouffement

Votre chien peut s’étouffer par le moindre élément avalé, tels un jouet, de la nourriture, du tissu ou autres. Dans ce cas, introduisez votre doigt dans la gueule de l’animal et balayez le fond de sa gorge afin de trouver l’objet bloquant les voies respiratoires. Soyez prudent, votre chien dans vouloir être méchant pourrait vous mordre, car votre main dans sa gueule le gêne. En revanche, si le chien tousse, laissez-le faire et n’intervenez pas tout de suite. Tousser est la meilleure manière d’expulser le corps étranger des voies respiratoires. Cependant, si l’animal a cessé de tousser sans avoir craché l’objet avalé et que vous n’arrivez pas à l’atteindre avec les doigts, vous devrez appliquer les gestes de premiers secours.

Diarrhée

Si votre chien est en diarrhée, appelez votre vétérinaire pour obtenir un rendez-vous dans la journée. En attendant (et si son état général reste satisfaisant), gardez-le au chaud, et mettez-le à la diète, ne le nourrissez pas, mais donnez-lui de l’eau autant qu’il en souhaite, il ne doit pas se déshydrater. Si l’état général de votre animal semble se dégrader (fatigue, vomissements, fièvre…) ou que les excréments contiennent du sang, emmenez-le directement chez le vétérinaire.

Les chiots et chiens de faible poids doivent être pris en charge rapidement afin d’éviter de se dégrader trop vite.

Blessures oculaires

Si votre chien présente un œil gonflé, un saignement ou un traumatisme, cela peut être dû à plusieurs facteurs :

  • Allergie
  • Piqûre d’insecte
  • Un objet divers
  • Choc …

Si votre chien se blesse à l’œil, essayez de le rincer avec du sérum physiologique, afin de retirer le corps étranger. Les blessures oculaires sont toujours douloureuses, surtout, empêchez votre chien de se gratter l’œil affecté. Si la blessure semble importante, couvrez-la à l’aide d’une compresse de gaze ou un chiffon humide, puis déplacez-vous immédiatement chez votre vétérinaire.

Piqûres d’insectes ou morsures de serpents

Si votre chien se fait piquer par une guêpe, gardez-le au frais et ne lui faites faire aucun exercice. Surveillez votre animal et si la piqûre reste gonflée ou que la respiration semble difficile, emmenez-le rapidement chez le vétérinaire. En cas de piqûre d’abeille, retirez le dard sans le pincer.

Votre chien peut présenter un terrain allergique aux piqûres d’abeilles ou de guêpes. Dans ce cas, réagissez vite. À l’instar de l’humain, le chien peut développer un « Œdème de Quincke ». Sa gorge gonfle, des difficultés respiratoires apparaissent, tous les tissus et muqueuses réagissent. C’est une urgence vitale, il risque d’entrer en choc anaphylactique. Le vétérinaire le plus proche de votre domicile, consulté en urgence, lui administrera le traitement adéquat à base de corticoïdes et d’adrénaline le cas échéant.

S’il se fait mordre par un serpent (généralement au niveau de la truffe), gardez-le aussi immobile que possible et emmenez-le chez votre vétérinaire.

Le coup de chaleur

Lors de fortes températures et des épisodes caniculaires de plus en plus fréquents, votre chien peut être victime d'un coup de chaleur notamment s'il manque d'eau ou s'il est trop longtemps exposé au soleil. Le coup de chaleur se traduit par un œdème cérébral et peut présenter des signes d’alerte caractéristiques : halètement, température rectale supérieure à 40 °C, puis abattement voire perte de connaissance. Le coup de chaleur peut s’il n’est pas pris en charge rapidement entrainer le décès de votre animal.

Pour aider votre chien face à un tel cas d'urgence, il faut absolument traiter l'hyperthermie en le refroidissant en une dizaine de minutes. Pour cela, il suffit d'arroser votre chien à l'eau tiède ou froide. Veillez à ne pas causer de choc thermique avec une différence de température extrême. Maintenez-le dans un linge humide et emmenez-le chez votre vétérinaire qui s'occupera de suivre scrupuleusement le refroidissement de votre animal et de lutter contre l'état de choc. Il décidera ensuite, selon son état de lui administrer des médicaments : corticoïdes, analeptiques… Il est fort possible que votre animal soit gardé en hospitalisation pour surveiller son état et évaluer les effets à moyens et longs termes de ce coup de chaleur.

A lire aussi : "Votre chien a été empoisonné ? Voici comment réagir en 3 étapes"

Brûlures

Il existe 2 types de brûlures, les brûlures thermiques induites par une chaleur excessive (flamme…) et les brûlures chimiques induites par des substances chimiques (acides…). Les plus fréquentes sont les brûlures physiques, puisque les sources de chaleur sont nombreuses dans l’environnement du chien. Que ce soit la cheminée, le barbecue, des projections d'eau bouillante ou le soleil, votre chien n'est pas à l'abri.

En cas de brûlures de 1er degré, les blessures devraient rapidement guérir. Néanmoins pour le soulager, vous pouvez faire couler de l'eau fraîche pendant une dizaine de minutes sur la zone brûlée. Ensuite, vous pourrez vous déplacer chez votre vétérinaire qui décidera de l’attitude à adopter : antidouleurs, soins locaux… Il vous demandera sûrement de lui appliquer régulièrement de la crème apaisante à base de miel ou agents hydratants pour aider la peau à se réparer.

En revanche, pour une brûlure plus profonde (2e, 3e degré), il est urgent de l'emmener consulter votre vétérinaire qui pourra lui offrir tous les soins nécessaires pour traiter ces brûlures et plaies plus profondes. En règle générale, votre vétérinaire peut décider de lui appliquer des pansements spéciaux gras (tulle gras ou compresses imprégnées) pour protéger la plaie et l’aider à cicatriser. En complément, un traitement anti-inflammatoire et antibiotique pourra être administré afin de lutter contre la douleur et l’état inflammatoire et éviter une éventuelle infection.

A propos de l'auteur :

1 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !

Articles en relation