Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Le mal des transports chez le chien

Les chiens ne sont pas à l’abri du mal des transports. Il arrive, en effet, que nos amis à 4 pattes se sentent mal en voiture et soient pris de vomissements. Comment les aider à mieux supporter les trajets ?

En France, le mal des transports est un problème qui touche 1 chien sur 6. Parmi les animaux concernés, les 3/4 sont des chiots. Dans la plupart des cas, ce trouble peut s’améliorer avec le temps et les bons réflexes à adopter avec le chien. Quelques précautions précédant le trajet et des soins appropriés donnent souvent de bons résultats.

Les causes possibles du mal des transports

Plusieurs facteurs peuvent provoquer le mal des transports chez le chien.

D’un point de vue physiologique, c’est un problème au niveau de l’oreille interne, garante de l’équilibre, qui peut en être à l’origine. Voilà pourquoi ce trouble est souvent observé chez les jeunes chiens dont cet organe et ses mécanismes ne se sont pas encore développés. En grandissant et lorsque l’oreille interne arrive à maturité, les manifestations du mal des transports ont tendance à s’atténuer. Toutefois, elles peuvent perdurer chez certains chiens.

Le mal des transports peut également être déclenché par une mauvaise expérience passée : le chien associe le fait d’être en voiture à quelque chose de désagréable (traumatisme, visite chez le vétérinaire, etc.).

Enfin, le stress et l’anxiété contribuent à l’apparition de ce genre de problème chez le chien.

Les manifestations

Lorsque le chien souffre du mal des transports, il peut se mettre à bâiller. Les bâillements traduisent, en effet, souvent un sentiment de malaise chez nos compagnons canins.

Le chien se met aussi à haleter, gémir ou saliver de manière excessive.

A lire aussi : "Le passeport pour chien"

S’il est particulièrement incommodé, le mal des transports peut provoquer des vomissements, des diarrhées ou des mictions.

Les précautions à prendre

Votre manière de conduire influe sur l’état des passagers, y compris le chien. Si vous roulez trop vite, multipliez les freinages et les à-coups, votre toutou a toutes les chances de se sentir incommodé. Adoptez une conduite plus sereine et plus responsable pour lui éviter le malaise.

Assurez-vous également que l’habitacle soit bien aéré. Il ne doit pas non plus être surchauffé. Et bien évidemment, abstenez-vous de fumer dans la voiture. Evitez de lui donner à manger au cours des 2 heures qui précèdent le départ.

Si vous faites un long trajet, observez des pauses régulières. Profitez-en pour sortir du véhicule et permettre à votre chien de se dégourdir les pattes dans une zone sure (aire de repos) avant de reprendre la route.

Les plantes à la rescousse

L’homéopathie et l’aromathérapie peuvent aider votre chien à mieux se sentir en voiture. Bien sûr, il est conseillé de demander l’avis du vétérinaire au préalable.

  • En homéopathie, vous pouvez lui donner 3 granules de Petroleum 5 CH, de Tabacum 5 CH et de Cocullus 5 CH avant de prendre la route. Si cette solution n’apporte pas d’amélioration, vous pouvez essayer de lui donner 3 granules de Nux vomica 5 CH avant le départ.
  • Du côté des huiles essentielles, il vous suffit de verser 2 gouttes d’HE de camomille romaine et de menthe poivrée sur un coton que vous disposerez devant le système de ventilation, de manière à en favoriser la diffusion dans l’habitacle.

0 partage

Faites comme Emilie B. qui a protégé Judy, son jeune Yorkshire, en effectuant, gratuitement et rapidement, une demande de devis personnalisé ! Aujourd'hui, elle ne regrette pas son choix et songe à proposer ce service à ses amis propriétaires de chien.

Si vous aimez votre chien, faites comme Emilie, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !