Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

L'arthrose chez le chien

Processus irréversible lié à l’âge ou à l’hérédité selon les cas, l’arthrose fait souffrir le chien et altère ses mouvements. Il est toutefois possible de le soulager de diverses manières.

Vieillissement et prédispositions génétiques peuvent favoriser le développement de l’arthrose chez le chien, exactement comme chez l’être humain. Lorsque ce mal apparaît et progresse, il empêche l’animal de se déplacer normalement. Il s’accompagne, en plus, de sensations douloureuses et peut évoluer vers un stade avancé qui l’empêche d’effectuer certains mouvements.

Si l’arthrose ne guérit pas, le processus de dégradation du cartilage ne pouvant être inversé, il est possible de soulager le chien atteint et de lui permettre de retrouver une bonne partie de sa mobilité. Qu’est-ce qui caractérise l’arthrose ? Quels en sont les différents types ? Comment en établir le diagnostic et soigner l’animal ?

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose correspond à la dégradation progressive du cartilage articulaire recouvrant les tissus osseux des articulations. Ce cartilage permet d’absorber les chocs et de protéger les articulations. En étant détruit, il ne peut plus remplir sa fonction protectrice, ce qui engendre des sensations douloureuses pour l’animal affecté. La douleur n’est pas la seule conséquence directe de l’arthrose : le chien atteint perd aussi une partie de sa mobilité. Sa démarche devient difficile et irrégulière. Certains de ces mouvements en deviennent même impossibles à effectuer.

En évoluant, l’arthrose favorise également l’apparition de formations osseuses anormales sur les articulations, qui perdent de leur souplesse. De plus, le chien réduit ses mouvements à cause de la douleur et contribue ainsi à l’atrophie d’une partie de sa musculature.

L’arthrose affecte principalement les articulations qui assurent le soutien du corps de l’animal, à savoir : les épaules, les coudes, les hanches et les genoux. Il existe 2 types d’arthrose chez le chien : l’arthrose primitive et l’arthrose secondaire.

L’arthrose primitive

L’arthrose dite primitive est celle qui apparaît chez le chien âgé. Au fil des années, le cartilage articulaire usé ne se renouvelle pas assez vite. Par conséquent, ce dernier disparaît progressivement et les articulations ne disposent plus de cet amortisseur de chocs naturel. Les articulations ne coulissent plus aussi facilement et les mouvements à froid (au réveil) sont difficiles et douloureux.

De manière générale, ce sont plusieurs articulations qui souffrent simultanément.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

L’arthrose secondaire

L’arthrose secondaire désigne, quant à elle, une autre forme d’arthrose qui est liée à un mauvais fonctionnement d’une articulation. Ceci peut être consécutif à une malformation, comme dans les cas de dysplasie de la hanche, par exemple. Les races de chiens de grande taille figurent parmi celles qui présentent une prédisposition génétique à cette affection : Rottweiler, Berger Allemand, Golden-Retriever, Labrador-Retriever, Bouvier Bernois, Chien de montagne des Pyrénées

L’arthrose secondaire peut également avoir pour origine un traumatisme. Il est, en effet, possible qu’une fracture ou une luxation favorise l’apparition d’un tel phénomène. Les petits chiens comme les Yorkshire Terrier, Jack Russel… sont prédisposés aux subluxations de la rotule. Cet os assurant la stabilité du genou, bouge et entraine des boiteries ; au fur et à mesure du temps, l’articulation s’abime et génère de l’arthrose.

Diagnostic et traitement

Tout comme les manifestations de l’arthrose, l’examen clinique peut aussi s’avérer douloureux pour le chien, car les articulations doivent être manipulées pour établir le diagnostic. Ces manipulations sont complétées par des radiographies qui permettent d’évaluer le degré de l’affection.

Une fois le diagnostic posé, le vétérinaire mettra en place le traitement le mieux adapté. Celui-ci permet de réduire les symptômes de l’arthrose, mais pas son origine, car les dommages causés sont irréversibles. Il est simplement possible de soulager les douleurs et, dans certains cas, de ralentir la destruction du cartilage.

Le spécialiste préconisera tout d’abord un réajustement de l’exercice physique du chien, qui devra devenir modéré pour ne pas user davantage les articulations (sans pour autant le supprimer, ce qui pourrait affaiblir sa musculature et aggraver le problème) ; il est aujourd’hui possible de réaliser des séances d’hydrothérapie dans des centres adaptés afin de mobiliser l’ensemble de la musculature du chien sans que les articulations soient malmenées. Dans ce même but, il conseillera aussi de combattre le surpoids s’il existe en surveillant l’alimentation de l’animal.

A lire aussi : "Le diabète chez le chien"

En ce qui concerne la prise en charge médicamenteuse, des anti-inflammatoires sont généralement administrés pour atténuer les sensations douloureuses et sont réservés aux périodes de crise. En traitement de fond, il existe des compléments alimentaires enrichis en chondroïtine, chistosan… permettant de « nourrir » le cartilage et de lui redonner souplesse et élasticité.

S’il s’agit d’une arthrose ancienne, associée à une ankylose (articulation bloquée), une intervention chirurgicale appelée arthrodèse peut être envisagée, faut-il que l’animal soit en état de supporter une anesthésie générale et un post opératoire long. Enfin, une chirurgie correctrice peut être entreprise chez les sujets susceptibles de souffrir d’arthrose due à une malformation, comme pour la dysplasie de la hanche.

A propos de l'auteur :

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !