Un homme fonce dans son salon de coiffure en flammes pour sauver son chien pris au piège

Dans l’Aisne, un chien a été évacué in extremis par son propriétaire alors qu’il se trouvait dans le salon de coiffure de ce dernier, théâtre d’un incendie criminel. Le coiffeur est sous le choc après cette attaque, mais il est soulagé d’avoir son ami à 4 pattes à ses côtés.

Illustration : "Un homme fonce dans son salon de coiffure en flammes pour sauver son chien pris au piège"

Un chien a survécu de justesse à l’incendie qui avait éclaté sur le lieu de travail de son propriétaire, un salon de coiffure en l’occurrence, rapportait L’Union.

Le « Carré VIP » porte encore les traces de l’incendie survenu le dimanche 6 novembre. Les sièges ont fondu et tout dans l’établissement a été noirci par les flammes et la fumée.

Cette nuit-là, le gérant de ce salon de coiffure situé à Chambry, près de Laon (02), s’apercevait vers 23h d’un départ de feu à l’intérieur. Eddy Boilet a tout de suite pensé à sauver son chien sénior qui y dormait. Il a réussi à le faire, mais s’il était intervenu quelques minutes plus tard, il n’aurait pas pu éviter le pire pour Guapo, 12 ans. Le canidé était complètement recouvert de suie, mais indemne.

Illustration de l'article : Un homme fonce dans son salon de coiffure en flammes pour sauver son chien pris au piège
Eddy Boilet / Facebook

Une enquête ouverte

Les dommages matériels sont importants. Eddy Boilet ne pourra pas y travailler avant un long moment. Heureusement, il a la possibilité de poursuivre son activité dans son autre petit salon. Surtout, Guapo est toujours là à ses côtés, lui qui aurait pu y rester.

A lire aussi : « Il n'y a rien de ridicule à pleurer la mort de son chien » : une Nordiste partage son expérience du deuil

Son maître ne comprend d’ailleurs pas comment le ou les auteurs de l’incendie aient pu agir en sachant qu’un animal s’y trouvait. « Quitte à détruire mon outil de travail, ils auraient au moins pu laisser sortir le chien », a-t-il ainsi confié à L’Union. Il s’agirait, en effet, d’un incendie criminel, les sièges ayant été aspergés d’une substance inflammable. Par ailleurs, la porte arrière du salon avait été forcée.

Eddy Boilet a déposé plainte auprès de la police, et une enquête a été ouverte.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil