Libérer la parole des jeunes victimes, telle est la mission de Suki, cette chienne d'assistance judiciaire qui vient d'obtenir un statut officiel

Grâce à Suki, jeunes victimes et témoins ont davantage de facilité à s’exprimer durant les procédures judiciaires, ce qui aide considérablement à établir la vérité et à résoudre des affaires parfois extrêmement complexes. Le rôle de Suki, chienne d’assistance judiciaire, vient d’être officialisé par la signature d’une convention.

Illustration : "Libérer la parole des jeunes victimes, telle est la mission de Suki, cette chienne d'assistance judiciaire qui vient d'obtenir un statut officiel"

L’Association d’Aide aux Victimes du Loiret (AVL 45) assure accompagnement, écoute, soutien et information aux victimes avant, pendant et après les procédures en justice. La mission de Handi’chiens consiste, quant à elle, à former des chiens d’assistance pour personnes en situation de handicap, des chiens guides d’aveugle, mais aussi désormais des chiens d’assistance judiciaire. Suki, femelle Golden Retriever, en fait partie.

Le lundi 19 février, les 2 associations ont signé, avec la cour d’appel d’Orléans, le tribunal judiciaire d’Orléans et celui de Montargis, une convention officialisant l’intervention de Suki dans les tribunaux du Loiret, rapportait La République du Centre.

Agée de 3 ans, la chienne était déjà à pied d’œuvre depuis plusieurs mois, aidant les victimes et témoins mineurs à livrer leurs récits, mais aussi à exprimer leurs douleurs, sentiments et craintes durant leur procédure.

Pour Jean-Luc Vuillemenot, co-fondateur de Handi’chiens, Suki et ses congénères formés à l’assistance judiciaire « participent à la résilience des victimes ». Leur présence aux côtés de ces jeunes personnes ayant subi ou vu des actes parfois extrêmement choquants est précieuse quant à la libération de leur parole.

« La présence de Suki permet aux victimes de se sentir plus à l’aise »

Le travail de ces chiens prouve quotidiennement le bien-fondé de leur intégration dans les rouages de la justice. C’est ce que confirme Jean-Cédric Gaux, procureur de la République de Montargis. « De l’extérieur, on voyait ça plutôt bizarrement, explique le magistrat à La République du Centre. Mais, aujourd’hui, la présence de Suki a un réel bienfait. Elle permet aux victimes de se sentir plus à l’aise ».

A lire aussi : Ce Bouledogue Français n'est pas mécontent d'avoir troqué froid et neige contre soleil et reptiles (vidéo)

Illustration de l'article : Libérer la parole des jeunes victimes, telle est la mission de Suki, cette chienne d'assistance judiciaire qui vient d'obtenir un statut officiel
Orko, chien d'assistance judiciaire - UAPED d'Orléans

Avec la convention paraphée hier, la mission de la chienne au sein des instances judiciaires loirétaines est désormais pleinement reconnue. Cela permettra à bien d’autres enfants et adolescents de se délester de fardeaux souvent très lourds à porter en se confiant aux enquêteurs et aux représentants de la justice.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil