Grâce à ce programme, les chiens pourront bientôt détecter les cellules cancéreuses

Des chercheurs de l’Institut Curie ont mis en place un programme afin d’avancer sur la détection des cellules cancéreuses. Des cellules détectées par des chiens, grâce à leur odorat. Une phase-test a eu lieu en 2017 sur 130 femmes. Le taux de réussite est de 100%. A terme, l’objectif est d’apporter un support supplémentaire au diagnostic.

Illustration : "Grâce à ce programme, les chiens pourront bientôt détecter les cellules cancéreuses"

KDOG est un projet novateur. Un programme dans lequel le chien a toute sa place. Jusqu’à présent, des canidés sont formés pour détecter le diabète ou même l’épilepsie. Certains animaux peuvent même détecter des tumeurs du sein, chez la femme. Cette fois, le programme KDOG a pour objectif de détecter toutes les cellules cancéreuses grâce au simple odorat des chiens.

Cette technique est actuellement travaillée par des chercheurs de l’Institut Curie, et notamment par Isabelle Fromantin. Cette dernière assure qu’il n’y a pas vocation à « remplacer l’imagerie », mais bien à apporter un outil complémentaire dans le diagnostic.

Outil qui prend l’apparence d’une méthode « non-invasive et facile, ce qui peut être intéressant ici en France, mais ce qui peut être particulièrement intéressant dans des pays où de toute manière il n'y a pas assez d’appareils pour pouvoir dépister toutes les populations », confie-t-elle à nos confrères de France TV.

Une étude clinique à venir

Pour arriver au but recherché, dresser le canidé est obligatoire. Une compresse de cellules cancéreuses est placée à côté de 3 compresses aux cellules normales. Le chien va « chercher son objet de jeu ». Une fois qu’il réussit à obtenir sa récompense, on lui place la molécule cancéreuse à côté de son jouet. « Il fait une association », assure Didier Valentin, dresseur. Association qui lui permet d’obtenir sa récompense.

A lire aussi : Un chiot blessé fait ses adieux à la rue et trouve le bonheur dans les bras de son sauveur

Selon nos confrères, l’étude a pour le moment eu une réussite de 100% sur les 130 femmes volontaires. Désormais, ne reste plus qu’à faire valider la phase-test par une étude clinique. Elle devrait durer environ 3 ans.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 06/12/18

    j'y crois absolument. Cela s'est déjà vu que des chiens avaient "ressenti" que leur maître/maîtresse avait un cancer

      Répondre   Signaler


  • Image de profil