Dépistage du coronavirus par les chiens : une technique économique, rapide et efficace bientôt mise en place par le ministère de la Santé ?

Publié le 13/08/2020 à 16h16

Ecrit par Norman Bougé dans la catégorie Faits Divers

Les chiens spécialement formés pour détecter la Covid-19 sont déjà à pied d’œuvre, notamment en Corse, où le porte-parole du gouvernement a pu observer leur travail.

Joyce fait partie de la quinzaine de chiens entraînés à détecter les cas de coronavirus en se fiant à leur odorat. En pratique, il a appris à signaler les traces olfactives liées au virus lorsqu’il les retrouve sur une compresse que la personne avait préalablement placée sous chaque bras. La méthode est décrite comme « simple, rapide et efficace ». Néanmoins, étant encore dans sa phase expérimentale, elle est doublée d’un test PCR pour le moment.

Cette technique été utilisée dans le cadre d’une opération effectuée pendant 2 jours sur l’Île de Beauté et organisée par l’Agence Régionale de la Santé Corse. A l’occasion, des tests PCR et canins ont été effectués grâce à un centre de dépistage mobile à Propriano, en Corse-du-Sud. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, y a assisté ce mercredi (12 août), rapporte France Bleu.

Il y a donc vu Joyce, Berger Belge Malinois venu de l’Oise, à l’œuvre, et a dit trouver le procédé « intéressant ». Il a ajouté qu’il fera part de ses observations à ce sujet à Olivier Véran, ministre de la Santé, qui accorde un grand intérêt à la méthode.

De son côté, Marie-Hélène Lecenne, directrice générale de l’Agence Régionale de la Santé Corse, a indiqué qu’elle envisageait d’étendre la détection canine de la Covid-19 « aux Ephad, car un chien dans un tel établissement a d'abord un avantage moral, mais surtout, il pourrait détecter plus rapidement d'éventuels cas chez les résidents mais aussi les visiteurs. »

Les responsables du programme espèrent, par ailleurs, former davantage de chiens en prévision d’une éventuelle seconde vague de l’épidémie de coronavirus, sachant que leur entraînement dure 2 semaines.

A propos de l'auteur :

0 partage

"Après l'accident de ma petite Mojito, mon magnifique Chihuahua, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chien. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chienne. " (Annabelle, 31 ans, Marseille)

Si vous aimez votre chien, faites comme Annabelle, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 14/08/20

    Ca marche pour un jeune chien qui n'a pas besoin !!! Mais les cotisations reviennent cher avant de rapporter qq chose !!! J'ai testé il y a qq années !!!!

     Répondre  Signaler


Articles en relation