Qu'est-ce que le BARF ?

Illustration : "Qu'est-ce que le BARF ?"

Gros plan sur le BARF et ses principes appliqués au chat. Au menu : viande, os et abats crus, mais pas seulement.

D’abord développée pour les chiens, le BARF a ensuite été appliqué aux chats. Il semble répondre aux attentes des félins en raison de l’importante part de viande qui le compose, mais il intègre aussi d’autres types d’aliments. Qu’est-ce que le BARF et à quoi peut ressembler un tel régime proposé au chat ?

BARF : une alimentation pour chat crue, avec la viande comme constituant principal

L’expression BARF est l’acronyme de « Biologically Appropriate Raw Food », que l’on pourrait traduire par « nourriture crue biologiquement appropriée ».

Si ce régime alimentaire puise ses racines dans l’alimentation originelle du chat et de ses ancêtres, c’est plus récemment en Australie que ses principes fondamentaux ont été théorisés. Ian Billinghurst, vétérinaire australien, est en effet cité comme le créateur du BARF tel qu’il est promu de nos jours un peu partout dans le monde.

Pour le spécialiste, il s’agit de faire en sorte que l’alimentation donnée au chat soit la plus naturelle possible et la plus proche de ce que mangeaient ses aïeux à l’état sauvage. Soit avant l’introduction de certains aliments tels que les céréales, ces dernières étant arrivées avec la domestication des félins et le développement de l’agriculture.

Le BARF avait d’abord été développé pour les chiens, mais il s’est étendu aux chats, ainsi qu’aux furets.

Il donne la part belle aux viandes, os charnus et abats crus, mais intègre également des légumes, fruits et compléments naturels tels que les huiles. Une variante de ce régime alimentaire, appelée « prey model », exclut ces dernières et les végétaux.

Les aliments qui composent le régime BARF pour chat

Comme expliqué plus haut, le menu BARF pour chat est constitué d’os enrobés de viande, de viande et d’abats crus, des fruits et légumes en petite quantité et réduits en purée, ainsi que des levures, probiotiques, algues et huiles pour compléter les apports.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

La viande crue

Source privilégiée de protéines et d’acides aminés, la viande est indispensable pour le chat, qui reste un animal carnivore strict.

Les abats crus

Les abats fournissent à l’organisme du chat des vitamines et la taurine, dont il ne peut se passer.

Les os charnus

Ils sont tout aussi importants pour le félin, notamment pour leur action mécanique de nettoyage dentaire.

Les fruits et légumes

La part des fruits et légumes dans l’alimentation BARF pour chat est moindre par rapport à ce qui est donné au chien. Les végétaux permettent néanmoins d’apporter vitamines, minéraux et fibres, même si pour ces dernières, celles d’origine animale sont privilégiées par le chat.

Les huiles

Dans le cadre d’un régime alimentaire de type BARF pour chat, les huiles sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels. Elles contribuent également à l’absorption des vitamines liposolubles. Tout comme les fruits et légumes, elles ne doivent être données au chat qu’en petites quantités. Le dosage généralement recommandé est d’une demi-cuillère à café par jour pour un chat adulte.

Les levures et probiotiques

Les levures et les probiotiques aident à préserver et soutenir la flore intestinale, en favorisant le développement des « bonnes bactéries ».

Les bienfaits attribués au BARF et ses limites

On attribue plusieurs bienfaits au BARF, que l’on décrit tout d’abord comme un régime alimentaire en phase avec la nature carnivore du chat.

Ce dernier est naturellement porté sur la viande, ce qui signifie que les repas BARF ont toutes les chances – en théorie – de lui plaire et de susciter son intérêt.

A lire aussi : Les aliments naturels pour chat

Par ailleurs, le BARF est perçu comme un moyen d’éviter à son chat de consommer des aliments contenant des conservateurs et autres additifs chimiques.

Il convient toutefois de rappeler que les besoins du chat évoluent avec son âge et son état de santé. Son corps peut réclamer des réajustements sur le plan nutritionnel, des apports en certains nutriments et la réduction d’autres pour préserver ses articulations, ses reins ou sa digestion, par exemple.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !