L'animal de compagnie est-il un vecteur d'attractivité du territoire ? Les invités du Rendez-vous de l’Animal en Ville planchent sur la question

« L'animal de compagnie, un vecteur d'attractivité du territoire ? » Tel a été la problématique soulevée lors du dernier Rendez-vous de l’Animal en Ville de l’année 2023. Initié par Mars Petcare et animé par Katia Renard – rédactrice en chef du magazine 30 Millions d’Amis –, il a permis de mettre au jour de belles initiatives qui visent à améliorer le « vivre ensemble ».

Illustration : "L'animal de compagnie est-il un vecteur d'attractivité du territoire ? Les invités du Rendez-vous de l’Animal en Ville planchent sur la question  "

« L’objectif de ces webinaires est de construire des villes plus accueillantes pour les animaux de compagnie, les possesseurs et les non-possesseurs », explique Romain Dumas, PDG de Mars Petcare France. Jeudi 30 novembre, sur la plateforme de visioconférence Zoom, le dernier Rendez-vous de l’Animal en Ville de l’année s’est intéressé au rôle attractif de nos amies les bêtes.

« L’animal est-il devenu un vecteur de développement économique et d’attractivité des territoires ? » Pour en débattre, Katia Renard a invité 4 personnes impliquées dans la mise en place d’outils et d’activités au service de la prise en charge des animaux de compagnie dans l’espace urbain :

Anne-Marie Le Roueil, présidente du Syndicat National des Professions du Chat et du Chien (SNPCC) ; Aurore Marchand, animatrice Sociopros à l’office de tourisme de Gap Tallard Vallées, labellisé Toutourisme ; Solène Chavanne, fondatrice de Mon Chat Pitre, première ronron-librairie de France ; et Alexandra Surand, créatrice des Belles Truffes, crèche canine à Puteaux.

Illustration de l'article : L'animal de compagnie est-il un vecteur d'attractivité du territoire ? Les invités du Rendez-vous de l’Animal en Ville planchent sur la question

© Matt Nelson / Unsplash

Le SNPCC pour promouvoir les métiers liés aux animaux de compagnie

Katia Renard a donné la parole à Anne-Marie Le Roueil qui a rappelé les missions du SNPCC, une organisation professionnelle regroupant l’ensemble des métiers de service liés aux animaux de compagnie (petsitter, toiletteur, éducateur canin, éleveur de chats et de chiens, etc.). L’objectif principal ? Promouvoir ces professionnels auprès des propriétaires de boules de poils.

Pour le SNPCC, la reconnaissance d’une profession passe indéniablement par une formation solide. « Au fur et à mesure que certains métiers se développent, nous avons mis en place des certifications reconnues par la branche professionnelle », indique l’intervenante.

Avec la présence accrue des animaux de compagnie en ville observée ces dernières années et l’évolution de leur statut, de « simples » activités se sont transformées en de véritables professions, comme la garde et la promenade d’animaux.

La demande de service autour de nos amies les bêtes est de plus en plus forte. Comme le rappelle Anne-Marie Le Roueil : « Il est important de confier son animal à un professionnel, non à n’importe qui. » Afin d’identifier les personnes compétentes et qualifiées pour prendre en charge un chat ou un chien, le SNPCC souhaite rédiger un cahier des charges avec les maires.

« Pour une commune, avoir un annuaire de professionnels reconnus par le SNPCC est un facteur d’attractivité du territoire, résume Katia Renard, une personne désirant s’installer ou séjourner temporairement en un lieu pourrait en disposer pour avoir accès à un réseau lui permettant d’être accueilli et de prendre soin de son animal. »

Illustration de l'article : L'animal de compagnie est-il un vecteur d'attractivité du territoire ? Les invités du Rendez-vous de l’Animal en Ville planchent sur la question

© Anders Ipsen / Unsplash

Le label Toutourisme pour accueillir le meilleur ami de l’Homme comme il se doit

Le débat s’est poursuivi avec Aurore Marchand, qui a donné de précieuses informations sur le label Toutourisme. Créé en 2007 à Troyes, il est devenu un club en 2011 qui regroupe plusieurs offices de tourisme.

« Le Toutourisme est un concept citoyen permettant de valoriser l’accueil des personnes ayant des animaux de compagnie sur notre territoire, développe l’intervenante, mais aussi de favoriser la cohabitation entre les résidents et les touristes qui viennent avec leur animal. C’est également un moyen de lutter contre les abandons. Le Toutourisme a pour but de faciliter la préparation des vacances avec son animal sur un territoire labellisé. De plus, c’est une aide à la sensibilisation des visiteurs à la propreté du territoire. »

Depuis son lancement, de plus en plus d’offices de tourisme se lancent dans une démarche « dogfriendly ». Pour obtenir ce label, il faut s’inscrire auprès du club et signer un pacte (plan d’action de communication sur le Toutourisme) qui rappelle un certain nombre d’engagements. « Ce n’est pas juste tolérer les animaux de compagnie, mais les accueillir », souligne Aurore Marchand.

Les visiteurs peuvent recevoir le guide du Toutourisme auprès d’un office labellisé. « On y trouve les informations pratiques relatives au territoire, les services dédiés aux chiens, une partie sur les cas d’urgence, des idées d’activités... poursuit l’invitée, on met vraiment à disposition des touristes toute notre connaissance et notre amour des animaux pour qu’ils passent de très bonnes vacances chez nous. »

À noter qu’un adhérent de l’office de tourisme (hébergeur, restaurateur…) qui s’inscrit dans une démarche d’accueil de l’animal de compagnie peut être labellisé Toutourisme. Il doit alors signer une charte rappelant certains engagements à respecter.

Enfin, des partenariats au poil ont été noués dans le cadre du Toutourisme : Tourisme avec mon chien, qui partage de bonnes idées pour les vacances des « toutouristes » ; PlayDogs, une application gratuite référençant de nombreux lieux « dogfriendly ».

Mon Chat Pitre, une librairie avec des chats située dans le sud de la France

Le Rendez-vous de l’Animal en Ville s’est poursuivi avec l’intervention de Solène Chavanne, fondatrice de la première « ronron-librairie » de France. Située à Aix-en-Provence, elle héberge 8 chats « libraires », issus de refuges, qui apportent beaucoup de bien-être aux clients. Pour le plus grand bonheur de la fondatrice, la mairie a accueilli le projet avec enthousiasme.

En ouvrant les portes de ce paradis félin, Solène Chavanne a réalisé son rêve : combiner ses deux passions, c'est-à-dire les chats et les livres. « À l’heure où les écrans prennent énormément de place, j’assiste à des scènes magiques d’enfants en train de lire avec un chat posé sur les genoux », confie l’intervenante, un sourire scotché aux lèvres.

L’animal est également un facteur d’attractivité pour les auteurs, puisque certains y font des séances de dédicace. C’est notamment le cas de Maxime Chattam, qui parraine le chat Tam auquel Woopets a consacré un article. « Il y avait un monde fou, déclare Solène Chavanne, ils sont venus de toute la France pour le voir, car c’est un auteur qui se fait rare en librairie. »

De nombreuses personnes (originaires de France, mais également d’autres pays comme la Belgique ou le Canada), attirées par ce lieu unique en son genre, se rendent à Aix-en-Provence spécialement pour rencontrer les libraires aux longues moustaches et pattes de velours !

Titulaire de l’ACACED, Solène Chavanne a insisté sur la notion de bien-être animal. « Ils ont des parcours muraux, une pièce dans laquelle ils peuvent s’isoler, manger et utiliser leurs bacs à litière. Il y a également des consignes à l’entrée, explique cette grande amoureuse de la gent féline, c’est un travail énorme. On doit toujours être là pour les chats, même quand la librairie est fermée. »

A lire aussi : Un chien perdu sur une plage par sa dog-sitter reconnaît le bruit familier d’une camionnette et explose de joie (vidéo)

Les Belles Truffes, une crèche canine basée à Puteaux

Pour terminer cette table ronde, Katia Renard a interviewé Alexandra Surand… une entrepreneuse qui a du chien ! Au cours de l’été 2023, elle a ouvert la crèche canine Les Belles Truffes à Puteaux, une ville « dogfriendly ».

Au cours de son étude de marché, la jeune femme a remarqué que les nouvelles générations considèrent aujourd’hui leur animal de compagnie comme un membre à part entière de la famille. D’ailleurs, le terme « propriétaire » est de plus en plus remplacé par « parent » (« petparents » en anglais).

Ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 19h30, l’établissement propose un service de garde à la journée ou à la demi-journée (9 chiens maximum par jour). Plusieurs grandes balades sont proposées aux toutous, ainsi que diverses activités en intérieur (jeux, mastication…) adaptées à chaque profil. Une toiletteuse intervient également le mercredi.

La zone d’implantation, près de La Défense, a été mûrement réfléchie. « Beaucoup de gens vivent autour et y travaillent, rappelle Alexandra Surand, je voulais aussi être à proximité d’espaces verts pour promener les chiens. »

Détentrice de l’ACACED, la jeune femme a souhaité être accompagnée par des éducateurs canins. « J’apprends énormément et cela me passionne », conclut la dernière intervenante du Rendez-vous de l’Animal en Ville.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil