Chlamydiose chez le chat

Illustration : "Chlamydiose"

Maladie transmissible par contact étroit entre les chats, la chlamydiose féline peut affecter les chats non vaccinés vivant en communauté ou ayant accès à l’extérieur. Reconnaître les symptômes de cette maladie permet de consulter un vétérinaire précocement et ainsi de soigner efficacement son animal.?

Provoquée par une bactérie transmissible via le mucus nasal et les écoulements oculaires du chat infecté, la chlamydiose féline entraîne divers symptômes dont la conjonctivite. Voyons-en les principaux aspects.

Qu’est-ce que la chlamydiose chez le chat et comment apparaît-elle ?

Maladie contagieuse, la chlamydiose se développe lorsqu’une bactérie, Chlamydophila felis en l’occurrence, infecte l’organisme du chat. Elle se transmet assez facilement d’un félin à un autre, surtout si les animaux vivent en collectivité et multiplient les contacts. Un chat malade peut également contaminer un congénère sain lors d’une simple rencontre à l’extérieur.

La bactérie responsable de chlamydiose féline se transmet par le biais des sécrétions nasales et oculaires

Dans certaines circonstances, la chlamydiose du chat peut également se transformer en zoonose, c’est-à-dire susceptible d’être transmise à un être humain, notamment lorsqu’une personne entrée en contact avec un chat porteur de Chlamydophila felis souffre d’une déficience immunitaire.

Aucune race de chat n’est à l’abri de cette maladie infectieuse mais les mâles Birmans semblent les plus touchés. Souvent liée à d’autres atteintes virales et bactériennes, elle touche tout particulièrement les animaux ayant contracté le coryza, ou grippe du chat.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Si la chlamydiose du chat est une maladie respiratoire, ses manifestations concernent aussi d’autres parties du corps du félin, et plus particulièrement les yeux. Les symptômes apparaissent en général 5 à 10 jours après l’infestation par la bactérie.

La conjonctivite constitue le symptôme le plus courant. Il s’agit de l’inflammation de la conjonctive de l’œil, une membrane transparente recouvrant l’intérieur de la paupière et le blanc de l’œil dans sa partie bulbaire. Les signes couramment constatés sont donc des larmoiements, de la rougeur, des clignements et la formation d’un œdème oculaire.

L’appareil respiratoire du chat atteint de chlamydiose peut également être touché. Il est ainsi possible d’observer de la toux, des éternuements ainsi qu’un écoulement nasal.

Dans certains cas, une atteinte d’autres organes peut survenir et ainsi provoquer des boiteries, des avortements ainsi qu’une perte d’énergie et d’appétit.

Si la chlamydiose du chat n’est pas soignée à temps, elle risque de s’aggraver et donner lieu à des complications respiratoires encore plus sérieuses, mettant en jeu la vie du félin.

Lors d’apparition de ces signes il est donc important de consulter rapidement un vétérinaire qui pourra, à l’aide d’un prélèvement de la conjonctive, confirmer la maladie.

Prévention et traitement de la chlamydiose féline

Le traitement d’un chat infecté par la chlamydiose est prescrit par un vétérinaire et consiste à donner des antibiotiques au chat malade ainsi qu’aux chats vivant avec lui. L’antibiothérapie permet d’éliminer la bactérie et de prévenir l’infection des autres chats du domicile.

Des anti-inflammatoires peuvent également être administrés au félin. Localement, l’application de collyres oculaires est aussi courante en cas de chlamydiose du chat.

Le pronostic est souvent très bon. Plus la maladie est prise en charge à un stade précoce, plus le traitement est efficace et la guérison rapide.

La prévention de la chlamydiose du chat est possible grâce à la vaccination. En règle générale, le vaccin est effectué conjointement à ceux destinés à prévenir la grippe du chat (coryza) et la panleucopénie infectieuse féline (le typhus du chat).

 

Révision vétérinaire

Florine HACHE

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

"Après l'accident de ma petite Onalda, ma magnifique Bleu Russe, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chat. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chatte. " (Emma, 21 ans, Toulouse)

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !