Calculs urinaires chez le chat

Illustration : "Calculs urinaires"

Les calculs urinaires du chat constituent une pathologie féline relativement fréquente. Ils peuvent boucher le canal de l’urètre et provoquer une dilatation de la vessie. L’animal doit donc être soigné sans attendre.

Dans certaines circonstances, des cristaux, constitués de minéraux, peuvent se former dans l’urine du chat et constituer ainsi des blocs appelés calculs. On parle alors de lithiases urinaires, d’urolithiases ou tout simplement de calculs urinaires.

Comment les calculs urinaires se forment-ils chez le chat ?

Les calculs urinaires se forment par agglomération de certains minéraux dont l’urine est saturée. Ils affectent surtout les félins en surpoids, notamment ceux dont l’embonpoint est favorisé par la castration. Une mauvaise hydratation de l’animal peut également être en cause, d’où l’importance de veiller à ce que le chat dispose constamment d’une eau fraîche et propre.

La présence de calculs urinaires chez le chat peut évoluer jusqu’à l’obstruction du canal de l’urètre. Une inflammation et une infection sont également susceptibles d’apparaître. La vessie se remplit d’urine qui ne peut plus être évacuée normalement via les mictions. Elle gagne alors progressivement en volume pour former ce qu’on appelle un globe vésical, qu'un vétérinaire peut diagnostiquer par palpation de l’abdomen, et qui constitue une urgence médicale

On distingue différents types de calculs urinaires chez le chat. Les calculs de struvite sont les plus courants et sont constatés davantage chez la chatte que chez le chat mâle. Ils se déclarent en cas d’urine trop basique et lorsque les ions ammonium, phosphate et magnésium sont présents en excès.

Les calculs d’oxalate de calcium sont moins fréquemment rencontrés. Ils sont caractérisés par une acidité trop élevée de l’urine et un excès de calcium. La génétique semble jouer un rôle déterminant dans ce type de calcul urinaire. La femelle est moins concernée que le mâle. Par ailleurs, certaines races semblent prédisposées puisque le Persan, le British shorthair et le Chartreux sont plus touchés que les autres races.

Quels symptômes le chat manifeste-t-il ?

L’état du chat peut rapidement se dégrader en cas de calcul urinaire. Ne pas pouvoir uriner et donc soulager la vessie est aussi douloureux que dangereux pour l’animal. Celui-ci peut manifester divers symptômes : abattement, mictions anormalement fréquentes, difficulté à uriner

Le chat montre des signes clairs de douleur lorsqu’il essaie d’évacuer l’urine. Il se met en position, mais seules quelques gouttes sont émises malgré ses efforts. L’impossibilité totale d’uriner constitue une urgence et nécessite de consulter au plus vite un vétérinaire.

La présence de sang dans l’urine est également indicateur d'un problème urinaire.

Pour établir son diagnostic et outre la palpation évoquée plus haut, le vétérinaire se base sur une analyse de l’urine. Sont alors recherchés les cristaux, afin de déterminer le type de calcul, ainsi que la présence éventuelle de sang ou d’agents non désirés comme des bactéries. L’étape suivante consiste à préciser l’emplacement des lithiases urinaires en utilisant la radiographie. D’autres examens, plus poussés, peuvent être mis en œuvre pour les affections les plus sérieuses, comme l’échographie ou la cystographie.

Le traitement des calculs urinaires chez le chat

Une fois les calculs urinaires du chat identifiés et localisés, le vétérinaire prescrira le traitement adéquat. Il peut reposer sur des médicaments ou nécessiter une intervention chirurgicale, selon la nature de l’atteinte.

La chirurgie, la cystotomie (incision de la vessie) en l’occurrence, est inévitable dans les cas de calculs d’oxalate de calcium.

L’opération peut également consister à introduire une sonde urinaire sous anesthésie. Elle permettra de vider et de nettoyer la vessie en la débarrassant des petits cristaux.

En cas de calculs de struvite, les médicaments ainsi qu’un changement d’alimentation suffisent généralement à les dissoudre. Il s’agit principalement d’acidifiants urinaires.

Parallèlement un antibiotique peut être prescrit s’il y a infection.

Par la suite, afin de renforcer la guérison et prévenir les récidives, le chat doit être soumis à un régime alimentaire adapté, avec notamment la réduction des apports en magnésium.

Le pronostic de cette pathologie est globalement très bon après traitement. Malheureusement, les rechutes sont fréquentes et nécessitent une surveillance ainsi qu’une alimentation adaptée.

 

Révision vétérinaire

Florine HACHE

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

"Après l'accident de mon petit Neko, mon jeune chat percuté par une voiture, les soins m'ont coûté une fortune ! Entre les consultations chez le vétérinaire, l'opération et les médicaments... Maintenant, avec l'assurance pour chat à laquelle j'ai souscrit il y a peu, je peux affronter le futur plus sereinement ! " (Roxane, Villejuif)

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !