Terrassée par le décès prématuré de son chat, une femme se rapproche d’une société de clonage dans l’espoir de lui redonner vie

La perte d’un animal de compagnie est souvent considérée comme un événement absolument tragique par les familles. Kris Stewart ne s’est jamais remise du décès soudain de son chat, fauché par une voiture. Pour l’avoir encore à ses côtés, elle a contacté une entreprise spécialisée dans le clonage pour obtenir 2 chatons constitués du même ADN que son félin défunt.

Illustration : "Terrassée par le décès prématuré de son chat, une femme se rapproche d’une société de clonage dans l’espoir de lui redonner vie"

Kris Stewart a perdu son chat Bear lorsqu’il n’avait que 5 ans. L’animal a été victime d’un accident de voiture qui lui a ôté la vie. Inconsolable depuis cette perte considérable, la femme originaire de Colombie-Britannique, au Canada, était convaincue qu’il pouvait revivre d’une manière ou d’une autre et s’est tournée vers le clonage pour cela.

« J’étais persuadée que Bear avait encore des choses à vivre » a-t-elle confié, relayée par le Daily Mail. Elle a toujours vécu en compagnie d’animaux et pour elle, le félin était tout bonnement unique : « Je pense que Bear était l'animal le plus intelligent que j'aie jamais eu, et j'ai des animaux depuis l'âge de 2 ans » affirmait-elle.

Illustration de l'article : Terrassée par le décès prématuré de son chat, une femme se rapproche d’une société de clonage dans l’espoir de lui redonner vie

© Kris Stewart

Redonner naissance à un animal décédé

Rapidement, Kris Stewart s’est penchée sur les possibilités pour garder sa boule de poils à ses côtés. Elle a trouvé le contact d’une société de clonage texane, ViaGen, qui ramène « des animaux que nous aimons » à la vie d’une certaine façon. L’entreprise utilise le « transfert de cellules somatiques » pour effectuer le clonage.

Comme son nom l’indique, elle prélève de l’ADN sur les cellules de l’animal décédé. Elle remplace ensuite l’ADN contenu dans un ovule sélectionné par celui du donneur. L’ovule est implanté dans le corps d’une mère porteuse par la suite, qui accouchera du bébé cloné une fois la grossesse menée à terme. C’est une technologie complexe qui a toutefois déjà donné des résultats positifs.

Illustration de l'article : Terrassée par le décès prématuré de son chat, une femme se rapproche d’une société de clonage dans l’espoir de lui redonner vie

© CTV News Vancouver

Une seconde chance

Kris Stewart a décidé de faire confiance à la science et a demandé aux spécialistes de lui donner 2 chatons contenant l’ADN de Bear dans leur organisme. Les clones de Bear sont nés après 2 tentatives infructueuses. Ils n’ont aucune similitude génétique avec la mère chatte, portant l’ADN de Bear à 100 %.

Kris Stewart, qui a déboursé plus de 46 000 mille euros pour l’intervention, est sidérée par le résultat. Elle les a récupérés après leurs 2 mois d’observation au laboratoire : « Ils ressemblent tous les 2 à Bear [...] Ces gars sont audacieux et téméraires » déclarait-elle. Elle les a baptisés Bear Bear et Honey Bear en mémoire de son tendre et regretté félin.

A lire aussi : À la recherche d’une petite collation, ce chat espiègle plonge dans un sachet de friandises pour chiens et offre une séquence hilarante aux internautes (vidéo)

@cbcvancouver After two years and four failed attempts, Kris Stewart has successfully cloned her beloved ragdoll cat, Bear, who died in 2022. She received two cloned kittens from Texas-based pet cloning company ViaGen, which she named Bear Bear and Honey Bear. #cat #clone #petcloning #viagen #kelowna #cbcnews #bcnews ? Quirky Suspenseful Indie-Comedy(1115050) - Kenji Ueda

2 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 02/04/24

    Une folie furieuse! Clonage médical : ok , donc pour aider à la régénération cellulaire, oui. Mais croire faire revivre un mort: non.
    Et quid de la future santé de " ces deux spécimens" ?
    Horrible.
    Jouer aux sorciers, cela mènera où ??

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 03/04/24

    Je comprends son chagrin mais elle aurait pu donner cet argent à des refuges, pour des animaux vivant déjà.

      Répondre   Signaler


  • Image de profil