Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Le chat-renard corse est-il une vraie découverte ou avait-il déjà été observé par un Suisse ?

Publié le 11/07/2019 à 16h45

Ecrit par Alexandre Dieu dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "Le chat-renard corse est-il une vraie découverte ou avait-il déjà été observé par un Suisse ?"

Le chat-renard, aussi appelé ghjattu-volpe en Corse, était jusqu’à peu considéré comme un animal mythique. Or, il y a quelques semaines, le premier spécimen de cette espèce imposante a été attrapé en Corse. Les journaux se sont alors empressés d’annoncer la découverte d’une nouvelle espèce. Pourtant, dès les années 1950, quelques spécimens avaient été observés par Maurice Blanchet, un naturaliste suisse, et le chat n’était plus un mythe depuis longtemps.

Un chat mythique en Corse, mais identifié depuis longtemps

Le chat-renard est un chat très sauvage et très difficile à observer. Les membres de son espèce sont peu nombreux et il se distingue des autres races de chats par de larges pavillons d’oreilles, des canines très développées, des moustaches courtes et une petite taille. Le ghjattu-volpe ne compte pas parmi les grandes races de chat. Si on en sait autant aujourd’hui, c’est parce que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) vient d’en capturer douze, dont une femelle.

Résultat, les journaux se sont empressés d’annoncer la découverte d’une nouvelle race de chat, rapportant qu’il était considéré comme un mythe par les bergers corses. Or, ce n’est pas tout à fait vrai puisque le naturaliste suisse Maurice Blanchet avait pu en observer un dans le village corse d’origine de son épouse, Cuttoli-Corticchiato, quand des chasseurs lui avaient ramené un spécimen. Il avait longuement étudié et décrit l’animal.

Un chat unique qui passionne depuis 1985

Les années 80 ont été le théâtre de l’apparition des premières races de chats sans poils, mais aussi l’occasion pour le chat-renard de Corse d’être présenté pour la première fois au grand public lors de l’exposition « Tous les chats du monde » à Genève en 1985. Le félin sauvage fait alors sensation, notamment parce qu’il se démarque nettement de tous les autres chats connus.

Ce qui fascine chez ce chat, ce sont évidemment ses différences avec toutes les autres races de chat domestiques ou non que l’on connaît, mais également la question de son habitat naturel et de son histoire. Maurice Blanchet est passionné par l’animal et le popularisera à travers le monde entier pendant des décennies. Il parviendra même à identifier la race de chat africain qui en est à l’origine, le reliera aux chats de Sardaigne et apportera sur le continent des spécimens hybrides.

Pourquoi le chat-renard passionne-t-il à nouveau ?

Si le chat-renard a suscité un tel engouement dans la presse il y a quelques semaines, ce n’est pas seulement pour le plaisir de raconter une belle histoire. Effectivement, la capture de douze spécimens représente une étape importante pour la connaissance de cette espèce, surtout parce que Maurice Blanchet ne disposait pas de toutes les techniques scientifiques actuelles.

A lire aussi : "Combattre les poux chez le chat"

Ainsi, le programme à l’origine de cette découverte a été lancé en 2008 et il avait déjà permis de récupérer des poils de certains spécimens pour reconstituer informatiquement leur génome. Puis, des pièges photographiques et les premières captures de chats en 2016 avaient permis de faire avancer les connaissances sur leurs habitudes, notamment grâce à des colliers GPS.

Pour l’ONCFS, l’enjeu de ces recherches était de prouver l’existence de cette espèce à part entière afin de prouver le peu de spécimens qui existent pour pouvoir obtenir rapidement la reconnaissance et la protection de l’espèce. Voilà pourquoi autant de bruit a été fait autour d’une découverte qui n’en était pas vraiment une.

A propos de l'auteur :

0 partage

"Après l'accident de ma petite Onalda, ma magnifique Bleu Russe, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chat. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chatte. " (Emma, 21 ans, Toulouse)

Si vous aimez votre chat, faites comme Emma, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !