Maladie de Willebrand chez le chien

Illustration : "Maladie de Willebrand"

La maladie de Willebrand, appelée aussi maladie de Von Willebrand, est un trouble de la coagulation héréditaire fréquent, aussi bien chez l'être humain que chez les chiens. Seul un faible pourcentage des patients courent des problèmes graves. La plupart des chiens affectés vivent de façon normale, avec des saignements occasionnels. Certains facteurs, comme le stress, peuvent aggraver les crises hémorragiques.

Dans la suite de l’article, nous allons nous pencher sur une explication clinique de cette maladie, ses signes et sa gestion au long terme.

Qu'est-ce que la maladie de Willebrand?

La maladie de Willebrand est une pathologie hémorragique génétique due à une anomalie au niveau du facteur de Willebrand (déficit ou dysfonctionnement). Ce facteur, appelé aussi VWF, est une protéine sanguine qui contribue à la phase initiale du processus de la coagulation normale du sang. Elle aide les plaquettes à se réunir au niveau d'une plaie pour la colmater, par le biais de la formation de fibrine, une substance qui forme une sorte de maille cellulaire. En l’absence de ce facteur, le sang prend alors plus de temps à coaguler et les saignements sont prolongés.

La maladie de Willebrand est une maladie héréditaire et n'est pas contagieuse. Elle existe sous 3 formes ou types :

  • Type 1 : cette forme est la plus fréquente et la moins grave. Elle se caractérise par un manque de VWF. Sa gravité dépend de la race du chien. Elle est décrite surtout chez le Berger Allemand, le Caniche, le Dobermann, le Golden Retriever, le Manchester Terrier et le Schauzer nain.
  • Type 2 : cette forme est également caractérisée par un déficit de VWF mais elle est plus grave que la première forme et ne répond pas aux traitements médicamenteux. Elle est décrite seulement chez le Pointer.
  • Type 3 : c'est la forme la plus grave et la moins fréquente. Elle se caractérise par une absence totale de VWF. Elle est décrite chez le Berger des Shetland, le Chesapeake Bay Retriever, le Drahthaar, le Petit chien hollandais de chasse au gibier d'eau et le Terrier Ecossais.?

Symptômes de la maladie de Willebrand

Les symptômes cliniques sont assez restreints et se manifestent par un saignement prolongé suite à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale. Les signes les plus courants sont :

  • Un saignement de nez ou des gencives
  • Des saignements prolongés durant les chaleurs ou après la mise bas
  • Une hémorragie quand le chiot perd ses dents de lait
  • Du sang dans les selles ou l'urine
  • Un saignement excessif lors d’une opération

Un chien atteint de la maladie de Willebrand peut rester des années sans montrer de signes de cette maladie.

Diagnostic et traitement

Plusieurs tests permettent d’orienter le diagnostic de cette maladie. Mesurer le temps de saignement n'est pas vraiment spécifique à la maladie de Willebrand, car le prolongement de l'hémorragie peut être la cause d'une autre maladie, mais il permet d’orienter le diagnostic. Le dosage antigénique du facteur de Von Willebrand permet de diagnostiquer précisément la maladie.

Le test génétique est indiqué pour les races prédisposées. Il s'agit de prélèvement d'un échantillon de muqueuse qui doit être remis très rapidement à un laboratoire génétique. Sinon, il doit être congelé pour qu'il demeure exploitable jusqu'à ce que le laboratoire le reçoive. Ce test permet de détecter les chiens porteurs du gène déficient responsable de la maladie et ainsi de savoir si le chien testé aura un risque d’être atteint de la maladie ou non. Il est ainsi déconseillé pour les éleveurs des races prédisposées de faire reproduire des chiens porteurs du gène pathologique.

Cette maladie est incurable, mais elle peut se gérer. Lors d’épisodes aigus tels que des traumatismes entraînant un saignement excessif, une transfusion sanguine est parfois nécessaire afin de compenser les pertes sanguines. Sur le long terme, aucun traitement n’existe actuellement, il s’agit d’être attentif et de réagir rapidement lors d’un accident ou d’un traumatisme ainsi que d’éviter les situations pouvant les favoriser.

Révision vétérinaire

Florine HACHE

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

Tout comme Jean R. de Nancy qui a souhaité protéger Léo, son Labrador âgé de 11 ans, souscrivez à une assurance pour votre chien adaptée aux besoins de votre compagnon !
Faites votre demande de devis personnalisé, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !