Les Ehpad bientôt obligés d’autoriser les animaux de compagnie ? Une proposition est à l’étude

Les bénéfices d’un animal de compagnie sur la santé mentale ne sont plus à prouver. Nos boules de poils rompent également la solitude des personnes âgées, mais ne sont que rarement admises dans les Ehpad jusqu'à présent. Cette restriction pourrait néanmoins être levée dans le cadre de la loi "bien vieillir".

Illustration : "Les Ehpad bientôt obligés d’autoriser les animaux de compagnie ? Une proposition est à l’étude"

Dans un article récent, les journalistes de RTL mentionnaient un amendement novateur proposé par le député Philippe Juvin. Lequel complète la loi “bien vieillir” en ajoutant l’autorisation des animaux de compagnie dans les Ehpad.

Ces établissements n’acceptent que très peu les animaux de compagnie. Bien que des chiens ou des chats soient souvent intégrés dans le cadre de différents programmes, les seniors n’ont généralement pas le droit de vivre avec leur propre animal.

Illustration de l'article : Les Ehpad bientôt obligés d’autoriser les animaux de compagnie ? Une proposition est à l’étude

photo d'illustration

Une séparation déchirante

Ils étaient pourtant nombreux à partager leur vie avec une boule de poils avant d’entrer en maison de retraite. À cause du règlement, ils se voient obligés de se séparer de celle-ci, en plus de voir leur quotidien transformé. C’est une épreuve extrêmement difficile pour beaucoup, déjà fragilisés par l’isolement.

Les bienfaits d’un animal de compagnie pour une personne âgée sont toutefois innombrables. D’une part sa présence rompt la solitude, d’autre part elle favorise l’activité physique, la mobilité ou encore les interactions sociales. Face à ces bénéfices et pour améliorer la qualité de vie des résidents d’Ehpad, la question s’est posée de faire évoluer la réglementation en vigueur.

A lire aussi : Un Labrador mangeur d’œufs décide d’en épargner un et l’offre à ses maîtres pour une raison touchante

Des problématiques soulevées

Ces établissements pourraient être forcés de « prendre les dispositions nécessaires » pour permettre aux résidents d’accueillir leurs animaux, mais plusieurs points sont à éclaircir. Par exemple, si un propriétaire résident n’est pas en mesure de s’occuper de son animal, mais souhaite toutefois l’accueillir dans sa chambre, des problèmes d'hygiène pourraient être rencontrés.

Aussi, les nuisances sonores ainsi que les interactions entre les animaux sur place ne sont pas prévisibles. Tant d’éléments soulevés qu’il faudra approfondir pour permettre une cohabitation harmonieuse.

3 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 14/01/24

    Cohabitation harmonieuse?
    Ouverture d'esprit, c'est tout ce qu'il faut aux EHPAD.
    Acquérir et lire: les fossoyeurs.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 14/01/24

    C est tellement évident de ne pas séparer 2 êtres vivants ayant vécus les Affres de la Vie côte à Côte
    Il n'y a que l 'intervention insensible de l'homme pour interférer négativement sur le devenir et la fin de vie de ces 2 êtres inséparables !!!!!!!!!.........
    Chercher L'ERREUR ????????
    QUI SOMMES NOUS POUR "JOUER "
    sur ces êtres vulnérables............

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 15/01/24

    on devine tout de suite comment tout ça va se terminer...

      Répondre   Signaler


  • Image de profil