Gale auriculaire chez le chat

Illustration : "Gale auriculaire"

La gale auriculaire ou otacariose est assez courante chez le jeune chat et ceux vivant en groupe. Un nettoyage régulier des oreilles permet de prévenir cette affection.

Un parasite acarien est à l’origine de la gale auriculaire du chat. Il s’introduit dans le conduit auditif, s’accroche à la peau, s’en nourrit et engendre d’autres parasites qui reproduiront le cycle à leur tour. Pour le chat affecté, les désagréments entraînés ne font que s’intensifier avec le temps. Comment détecter, prévenir et traiter la gale auriculaire féline ?

Gale auriculaire du chat : une maladie causée par un acarien

La gale auriculaire du chat est, comme son nom l’indique, une maladie parasitaire touchant l’oreille de l’animal. Le parasite en question est un acarien mesurant environ 0,5 mm : Otodectes cynotis.

Il s’installe dans le conduit auditif du chat, se nourrit des cellules de la peau et se reproduit à un rythme exponentiel. Les femelles pondent des œufs dans la profondeur de l’épiderme qui, en une poignée de jours, donnent lieu à des larves, puis à des nymphes avant d’atteindre l’âge adulte et de sortir de l’épiderme. L’œuf n’a besoin que de 3 semaines pour devenir un acarien adulte et se reproduire à son tour.

Ainsi, la population d’acariens Otodectes cynotis augmente assez rapidement et colonise le conduit auditif du chat atteint. Le félin ressent alors des symptômes de plus en plus gênants et ces parasites peuvent facilement être transmis à ses congénères, les gales étant en effet très contagieuses. Voilà pourquoi la gale auriculaire du chat est un problème que l’on rencontre fréquemment lorsque des chats vivent en collectivité. Les chatons sont également couramment touchés par cette maladie.

Les symptômes de la gale auriculaire féline

Quand le parasite Otodectes cynotis s’installe et se développe dans le conduit auditif d’un chat, il provoque chez lui une inflammation, et tous les signes d’une otite externe commencent alors à se manifester. Ce type d’otite est appelé érythémato-cérumieuse car le cérumen est sec, marron et mal odorant. On peut parfois voir les parasites bouger car ils vivent le plus souvent à la surface de la peau. 

L’animal se met ainsi à se gratter l’oreille fréquemment et à secouer la tête. A cause des démangeaisons, des lésions apparaissent (croûtes). Ce type d’otite est souvent sujet aux surinfections bactériennes et fongiques (Malassezia). Le chat ressent clairement de l’inconfort et de la douleur. Des réactions allergiques peuvent également avoir lieu.

En observant l’intérieur de l’oreille du chat, on peut constater la présence d’un dépôt de couleur sombre. Il est principalement constitué de sécrétions auriculaires (cérumen) et cellulaires, de sang et de déjections d’acariens.

Ce trouble peut évoluer jusqu’à l’apparition d’une otite moyenne, voire interne. Dans certains cas, une encéphalite peut survenir, autrement dit, une inflammation aiguë du cerveau. Mais cela reste tout de même très rare. 

Diagnostic et traitement de la gale auriculaire chez le chat

Lorsque les symptômes évoqués plus haut sont constatés par le maître du chat, puis confirmés lors de l’auscultation réalisée par le vétérinaire, ce dernier procède à des examens spécifiques à la gale auriculaire.

Au moyen d’un otoscope, il inspecte le conduit auditif pour observer le dépôt et éventuellement les acariens, surtout lorsqu’ils sont mobiles. L’analyse du curetage du dépôt au microscope permet d’asseoir et d’affiner le diagnostic car on pourra clairement y distinguer les parasites et éventuellement les bactéries ou champignons qui auront surinfecté la gale.

Lors de l’examen clinique de l’animal, le vétérinaire pourra mettre en évidence un réflexe audito-podal : le chat se grattera l’oreille lorsqu’on y touchera, ainsi qu’un réflexe d’appui : le chat s’appuiera sur la main lors du massage de l’oreille (ce signe est spécifique des otites externes).

Une fois celui-ci établi, le vétérinaire peut mettre en place le traitement adapté au degré d’atteinte.

Celui-ci est généralement basé sur un acaricide type sélamectine, moxidectine ou encore ivermectine.

Un soin local anti-inflammatoire sous forme de pommade peut également être prescrit, tout comme une solution auriculaire antibiotique et/ou antifongique en cas d’infection qu’il faudra appliquer dans le conduit auditif directement.

Protéger son chat contre la gale auriculaire, comme contre toute autre maladie touchant l’oreille du reste, passe par le nettoyage régulier (une fois par mois si les oreilles sont propres ou une fois par semaines si les oreilles ont tendance à être souvent sales) avec une lotion prescrite par le vétérinaire (ne pas utiliser de coton tige).

NB : la gale auriculaire n’existe pas seulement chez le chat mais aussi chez le chien et le furet.

Révision vétérinaire

Clémence Leblanc

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

Faites comme Gabriel D. de Nîmes, optez pour LE contrat d'assurance adapté à vos besoins. Son Sphynx Mady, a été victime d'un accident et son assurance a pris en charge l'intégralité des soins vétérinaires ! N'attendez pas qu'il soit trop tard, faites votre devis personnalisé en ligne, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !