Traiter le mal des transports chez le chat

avec

Illustration : "Traiter le mal des transports chez le chat"

Transporter son chat en dehors de son domicile est inéluctable. Que ce soit pour partir en vacances, au travail ou bien se rendre chez le vétérinaire, votre petit félin ne peut rester toute une vie enfermé entre 4 murs. Il doit se résoudre à prendre la voiture, parfois l’avion ou les transports en commun.

Être malade en voiture ne concerne pas que vos enfants, ce mal des transports peut aussi toucher votre chat. Cela engendre un comportement qui peut parfois vous laisser impuissant. Alors, comment faire pour le rassurer ?

Limiter sa peur de la voiture

Parmi les maux des transports, la phobie est en première ligne. Cela peut résulter d’une mauvaise expérience en la matière. Par conséquent, à chaque fois qu’il devra prendre place dans le véhicule familial, votre chat deviendra livide, terrorisé. Ses miaulements redoubleront d’intensité. Il pourrait trembler et tenter de fuir.

Il est important de tout faire pour que votre chat se sente bien pendant chaque voyage. Cela passe par l’achat d’une bonne caisse de transport où il retrouvera l’essentiel de ses accessoires et avec laquelle il aura été familiarisé au préalable. Ainsi, ne le mettez pas à l’intérieur de la caisse à quelques minutes du départ en vacances ou de la visite chez le vétérinaire. Le changement brusque peut l’effrayer et il associera la caisse à des expériences négatives. Il doit s’habituer, prendre le temps de découvrir son environnement. Vous ne devez jamais le forcer à rentrer à l’intérieur de sa caisse de transport.

Lors du trajet, veillez à bien disposer la caisse sur un siège, avec une ceinture de sécurité pour lui éviter de trop bouger. Surtout, vous devrez placer un linge au dessus de la caisse pour éviter à votre chat de voir la route défiler sous ses yeux, ce qui pourrait l’effrayer. L'été, il faudra veiller à humidifier ce linge afin que votre chat ne souffre pas trop de la chaleur. De manière générale, la voiture ne doit être ni trop chauffée, ni trop froide. Autre astuce : vous pouvez, à l'aide d'un spray Petscool, diffuser des huiles essentielles apaisantes pour le calmer et chasser son stress.

Enfin, il est important, voire indispensable, d’effectuer des arrêts réguliers lors de longs voyages, afin de lui permettre de se dégourdir les pattes. Pour le promener, privilégiez le harnais avec sa laisse, beaucoup plus fiable et pratique que la traditionnelle laisse avec son collier. En effet, le collier peut étrangler votre chat surtout s'il tire alors que le harnais le maintient sans le mettre en danger. L'utilisation de cet accessoire est obligatoire afin qu’il n’en profite pas pour se sauver.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Les symptômes du mal de transport

Plusieurs symptômes ne laissent pas de place au doute quant à un mal des transports. Parmi eux, on peut citer une salivation exacerbée, un halètement, mais aussi de l’anxiété avec des tremblements ou des miaulements intempestifs. Votre chat peut avoir la nausée, voire vomir. Il peut également avoir des mictions et de la diarrhée.

Les causes

La première cause de cette situation peut être une mauvaise expérience précécente dont votre chat porte encore la trace.

La seconde cause possible est liée à un problème d’oreille interne. Un voyage en voiture n’est pas souvent stable pour l’organisme de votre chat. Son oreille interne, qui lui sert à s’équilibrer, peut envoyer de mauvais signaux à son cerveau, qui effectuera alors une mauvaise analyse de la situation. Ce problème d’oreille interne touche davantage les jeunes chats que les plus vieux, puisque l’oreille interne se développe avec l’âge.

Comment y remédier ?

Si votre chat est traumatisé par les voyages, vous devez d’abord l’habituer à remonter dans la voiture avec le moteur allumé. Servez-vous de ses jouets préférés ou de friandises pour l’attirer à l’intérieur de l’habitacle. Vous pouvez aussi utiliser des huiles essentielles apaisantes en spray pour faciliter cet apprentissage. A vaporiser sur une serviette ou un coussin avant de faire entrer le chat dans la voiture.

Une fois qu’il sera prêt à monter dans le véhicule sans l’aide de friandises, vous pourrez démarrer le moteur et le laisser tourner afin qu’il se familiarise également avec son bruit.

A l’intérieur de sa caisse de transport, il devra aussi effectuer de courts trajets dans un premier temps. Rallongez-les trajets au fur et à mesure. Le tout avec une conduite douce, sans coup de volant ou mouvement brusque.

Chacune de ses étapes passées avec succès devra conduire à une récompense. Malheureusement, cela ne suffit pas toujours. Dans les cas de mal de transport les plus sévères, votre vétérinaire pourrait prescrire un traitement à votre chat.

En résumé

Le mal des transports affecte certains chats, pour deux raisons bien distinctes :

  • Un problème d’oreille interne.
  • Le stress, l’anxiété, suite à une mauvaise expérience.

Il convient de réapprendre à votre chat à aimer la voiture et les trajets par du conditionnement positif, à l’aide de friandises et récompenses. Dans certains cas, un traitement médical peut être requis.

A propos de l'auteur :

0 partage

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : Hier

    Trop souvent le transport du chat chez le vétérinaire pour une heure précise est souvent un calvaire pour le chat et pour son maître. Les vétérinaires devraient comprendre ces difficultés et donner un rendez-vous large portant sur une demi-journée par exemple et en terminer avec les 11h40, 13h 50 , et&...A l'arrivée à la clinique vétérinaire, le véto mettrait minou dans un boxe et le manipulerait en fonction de sa disponibilité et de l'état de stress du chat.

     Répondre  Signaler