Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Sandrine Arcizet,
animatrice des « Animaux de la 8 »

Ma vie est remplie de joie

Sandrine Arcizet

Sandrine Arcizet

Amateurs d’animaux, Sandrine Arcizet ne vous est pas inconnue. Loin de là. Depuis de longues années, elle co-anime « Les animaux de la 8 » avec Elodie Ageron. Un rendez-vous dominical à fort succès sur C8. Elle tient également une chronique bihebdomadaire dans l’émission de William Leymergie (William à midi). Sans oublier le sport, avec « Gym Direct ». Un emploi du temps surchargé qui ne l’a pas empêché de prendre le temps de nous répondre.

Entre le sport, les animaux, votre rôle de mère, votre vie n’a aucun temps mort…

(Rires) Un peu quand même. Le week-end, je suis avec mon petit garçon, Robin. Nous nous reposons par moment. Néanmoins, oui, je me suis rendue dans une ferme et dans un parc animalier le week-end dernier… Les animaux et le sport font partie de ma vie. Le weekend, même en repos, je pratique le sport et je vais de temps en temps voir les animaux. Cela reste du plaisir.

Vivre de ses passions et même les partager, cela dépasse vos rêves d’enfant ?

Lorsque nous sommes petits, on se demande toujours ce que l’on veut faire plus tard. Le sport, cela a toujours fait partie de ma vie. Je faisais du patinage artistique étant toute petite. Par la suite, je me suis dirigée vers le fitness. Et puis, les animaux font aussi partie de ma vie. J’en ai toujours eu. Des chats, des chiens, des lézards et même des poissons rouges. Travailler dans le sport, voir les animaux, exercer ce métier de journaliste, c’est juste génial.

© Lola Ledoux

En plus, oui, vous avez une troisième passion, le journalisme…

En effet, j’ai été coach de fitness puis j’ai fait de la communication. J’ai pu intégrer la chaîne Direct 8 au tout début. Vincent Bolloré cherchait de nouveaux talents. Après Gym Direct, j’ai également fait une émission sur les voyages. Et puis, comme avec Elodie (Ageron, Ndlr), nous sommes toutes les 2 passionnées par les animaux, notre concept a été accepté. L’aventure a commencé comme cela.

Et les animaux continuent de vous accompagner…

Ils ont toujours été importants dans ma vie. J’ai toujours été entourée d’animaux. Désormais, je possède 4 chats chez moi. J’ai une vraie petite famille. La maman, le papa et les 2 enfants. Ensuite, toutes les semaines, nous parcourons la France et l’étranger à la rencontre d’animaux de toutes les sortes. Ils prennent une place encore plus grande dans ma vie. J’ai la chance de les côtoyer dans ma vie privée et dans ma sphère professionnelle. Nous rencontrons aussi des gens extraordinaires, passionnés. Il y a vraiment des rencontres émouvantes, remplies de bonheurs, très riches. Ma vie est remplie de joie.

J’adore voir la complicité des personnes avec les animaux

Quelles ont été les expériences les plus marquantes ?

En Laponie, c’était magique, car nous étions au pays du Père Noël. On a pu voir les rênes. Les paysages étaient incroyables. Avec Elodie, nous avons rencontré une femme qui vivait au milieu de la forêt avec ses chiens de traineau. Elle n’avait ni chauffage, ni électricité, ni eau. Nous avons pu faire une balade avec ses chiens, par -20°C. Pour l’anecdote, elle était en pull et nous, malgré nos manteaux, nous avions très froid (rire). En France, on rencontre également des gens super. Cela va du berger qui est en transhumance avec ses moutons à une période de l’année au passionné de canicross qui fait des compétitions chaque semaine. J’adore voir la complicité des personnes avec les animaux. C’est le cas des soigneurs animaliers, dans les parcs, ou des vétérinaires qui donnent beaucoup pour le bien-être animalier. Cela fait notre richesse.

Votre petit garçon a-t-il le droit de vous accompagner sur ces tournages ?

Il n’a que 3 ans et il a déjà ses 4 chats à la maison. Il a pu venir voir un tournage, quand il était en vacances. Il a pu voir les cameramans, le preneur de son… Après, je l’emmène très régulièrement voir les animaux. Il adore ça.

Et vos chats, que font-ils pendant vos absences ?

Mon compagnon, le papa de mon garçon, est là pour les garder. Quand je pars en vacances, quelqu’un vient à la maison pour eux. C’est souvent la nourrice de Robin. C’est mieux que ce soit une personne connue de mes félins. De toute façon, ils ne s’en vont jamais de la maison.

Une maîtresse très câline !

Que vous apportent vos chats au quotidien ? De la sérénité ? Beaucoup de bonheur, j’imagine ?

Sandrine Arcizet© Lola Ledoux
Oui, beaucoup de bonheur. Je ne pourrais pas vivre sans animaux… On peut penser que quatre chats, cela fait beaucoup. Au départ, ce n’était pas prévu, c’est vrai. Et puis, tout se déroule désormais parfaitement bien. Il n’y a aucun conflit. Ils m’accordent du bonheur, de la sérénité, ils viennent ronronner sur mes genoux. Quand on est fatigué, cela apaise grandement. C’est toujours un bonheur, le soir, même quand je rentre de tournage, de les retrouver là.

Quelle maîtresse êtes-vous avec eux ?

Une maîtresse très câline ! J’adore. Ils sont tous mignons. J’ai la chance d’avoir 4 chats avec 4 caractères totalement différents. D’abord Baya, qui est le seul mâle du groupe. C’est un Sacre de Birmanie. Il est très attaché à son propriétaire. C’est comme un chien qui vient m’accueillir à la porte quand je rentre. Il est très proche de moi. Il aime beaucoup parler. Il vient me chercher s’il lui manque des croquettes par exemple.

Ensuite, j’ai Minette qui est la chatte de mon compagnon. Il s’agit d’une Européenne, plus sauvage. Elle aime sa tranquillité. Elle vient au contact lorsqu’on lui offre des caresses. Elle est joueuse, douce et mignonne. Après, j’ai les 2 petits, Grisette et Minimi. Minimi ressemble à sa maman, mais possède le caractère de son papa. Au début, lorsqu’elle n’était pas stérilisée, elle restait dans son coin. Depuis, c’est un vrai pot de colle. Il faut toujours qu’elle soit présente, au courant de tout. Elle est à la fois très câline et sauvage, mais reste surtout adorable. Et puis il y a Grisette qui est la plus douce de toute la famille. D’ailleurs, c’est la préférée de mon petit garçon, car elle est douce avec lui. Avec Robin, nous jouons beaucoup avec nos chats. A noter qu’ils ont bien sûr leurs endroits dans la maison, avec des bancs, des coussins…

Des chats, mais aucun chien pour le moment ?

Pour le moment, on va s’arrêter là (rires). Nous aurions peut-être peur d’intégrer un chien dans cette meute. Et puis, quand on a des animaux, il faut s’en occuper. Ce ne sont pas des jouets. Nous devons faire attention à leur santé.

Marraine pour l’association Gamelles Pleines

Vous êtes amenées à beaucoup voyager pour vos émissions, et donc à faire la rencontre d’espèces particulières. Certaines, comme les serpents ou mygales, vous font-elles peur ?

J’ai eu beaucoup de chance, car mon papa m’a toujours habitué aux animaux. Nous soulevions les pierres, à la plage, pour aller chercher les crabes. Il m’avait mis un petit serpent entre les mains, j’ai eu des lézards à la maison. J’ai de la chance. Je n’ai aucune crainte. Après, je n’aime pas vraiment les insectes, genre les blattes… Mais je n’ai pas franchement de crainte. J’ai déjà pu avoir une mygale à côté de moi. C’est impressionnant, certes, mais il n’y a pas eu de peur.

Aujourd’hui, vous engagez-vous dans la cause animale par le biais d’une association ?

Avec Elodie, nous sommes marraines de l’association Gamelles Pleines. Des bénévoles font des maraudes et sont au contact des Sans Domicile Fixe en possession d'animaux. L’association leur apporte des croquettes et de la nourriture. Cela coûte de l’argent pour ces personnes… Gamelles Pleines va à la rencontre de ces personnes. Nous apportons aussi une couverture pour l’animal. Cela permet, en outre, de discuter avec le propriétaire du chien, de l’aider.

Professionnellement, en plus de vos émissions, avez-vous d’autres projets avec votre chaîne ?

Nous avons fait des primes avec Elodie : les animaux à adopter avec la SPA de Plaisir. Nous avons montré ce qu’est un refuge. Nous avons pu voir le travail du bénévole, des gens qui viennent adopter les animaux, le rôle des toiletteurs, des vétérinaires. Nous sommes rentrés au cœur d’un refuge animalier. Il y en aura un autre au mois de décembre, normalement. Par la suite, nous verrons…

© Lola Ledoux

Propos recueillis par Laurent Mazure